Matthieu Chedid - M - soutient le Secours populaire français

Matthieu Chedid, alias M, soutient depuis 2013 le Secours populaire. Iconoclaste et généreux, il chante, dans son dernier album Lamomali, l’espérance et la fraternité. -M- repart en tournée à travers toute la France à partir du 30 novembre. Pour chaque billet vendu, un euro sera donné pour la solidarité. Rencontre.

Matthieu Chedid, alias M, soutient depuis 2013 le Secours populaire. Iconoclaste et généreux, il chante, dans son dernier album Lamomali, l’espérance et la fraternité. -M- repart en tournée à travers toute la France le 30 novembre 2017.

Avec Lamomali, vous livrez, aux côtés notamment de Fatoumata Diawara, Toumani et Sidiki Diabaté, un album collectif fusionnant musique traditionnelle et pop. Un pont entre l’Afrique et l’Europe. Un appel à la solidarité ?
Oui, je pense que la solidarité est indispensable. «Toi, qui que tu sois. Je te suis bien plus proche qu’étranger ! », ces mots que l’on retrouve dans l’album ne sont pas mes mots, mais ceux d’un poème de ma grand-mère, Andrée Chedid. Elle m’accompagne éternellement dans mes aventures. Elle m’a transmis ces valeurs d’espérance, qui parcourent ses livres et ses poèmes. Cette manière qu’elle avait de parler de la solidarité et d’espoir sont évidentes et magnifiques ; je n’aurais jamais pu trouver aussi beau.

« Face aux ténèbres, j’ai planté des flambeaux » est une phrase de la chanson Solidarité. Est-ce cette une envie profonde de promouvoir la fraternité, lutter ainsi contre toutes les formes d’obscurantismes ?
Oui, c’est ramener de la lumière dans nos sociétés, dans cette obscurité et remonter les vibrations positives. Pour arriver à voir plus clair, il faut à un moment réchauffer un peu les âmes, d’autant plus celles des personnes les plus vulnérables, tendre les mains, se serrer dans les bras, se ramener un peu de chaleur, d’amour, d’humanité. Cette humanité est profondément en nous. C’est garder à l’esprit que nous avons tous besoin d’estime et d’amour. C’est la base de tout, ce qui peut faire naître l’espérance.

Pourquoi cette hommage à l’Afrique, au Mali ?
Mon coup de cœur pour l’Afrique, c’est le retour à l’essentiel, le retour à la terre, le retour aux racines de l’Homme. Dans notre monde moderne, à Paris par exemple, nous sommes parfois déconnectés. Il est nécessaire d’atterrir un peu et se reconnecter aux fondamentaux. Moi le premier, je suis parfois un peu hors sol, mon côté homme de la ville (sourire).

L’Afrique comme âme sœur, joli symbole de solidarité ?
Je parle beaucoup d’âme dans Lamomali, parce que je  me rends compte qu’il est important d’aller à l’essentiel. Ne pas regarder seulement nos différences, mais l’âme directement de l’autre, ce frère d’humanité. Quand je vais au Mali, je vois très clairement que la situation est difficile pour de nombreux habitants, ces inégalités sont palpables partout. Mais je me refuse au misérabilisme. J’ai constaté que les Africains sont plus souvent enracinés dans la vie que nous parfois. En Afrique, il y a des réalités très cruelles, mais il y a aussi beaucoup de valeurs. Ma grand-mère m’a transmis l’émerveillement. Elle était émerveillée de tout. La beauté, elle la voyait en tout, et c’est vrai que je partage cela avec elle. La musique est une façon comme une autre de contribuer à ma façon à ce respect que j’ai pour les personnes, pour ce continent et cette culture si riche.

Lamomali célèbre la féminité, l’enfance ; des thèmes qui ont marqué  les œuvres de votre grand-mère. Le mouvement des enfants Copains du monde du SPF a pour but de mettre en mouvement la solidarité par des actions concrètes. Qu’en pensez-vous ?
Nous sommes tous des enfants, l’adulte oublie souvent cela. Fatoumata Diawara  le dit tout le temps : «  je fais mon art pour les enfants ». En ce qui me concerne, je pense toujours aussi aux enfants quand je crée… J’ai toujours une dimension, une part d’enfance, sinon je me dirais que je passe à côté de l’essentiel. Léguer aux enfants, c’est construire de belles fondations pour l’avenir. Apprendre que nous sommes rien sans l’autre, et que l’amour nous sauvera.

Matthieu Chedid invite le Secours populaire français sur sa tournée Lamomali pour 13 dates en novembre et décembre 2017.

Matthieu Chedid invite le Secours populaire français sur sa tournée Lamomali pour 13 dates en novembre et décembre 2017.

 

Qu’est qui vous a convaincu de soutenir le Secours populaire français ?
C’est  grâce à cet homme génial des Airnadette, Guther Love, qui m’a un jour parlé du Secours populaire français. Le SPF est une association hyper cohérente, avec une histoire riche, plus de 70 ans à œuvrer pour la solidarité, des valeurs, que je partage. Face à la montée de la pauvreté, les nourritures matérielles sont vitales, mais pas seulement : l’écoute, le respect, l’amour. C’est le rôle de l’artiste en particulier de ramener cette nourriture spirituelle, cette nourriture de l’âme.  Une main tendue peut sauver en bien le cours d’une vie, c’est important de garder cette image ancrée à l’esprit.

Propos recueillis par Fabienne Chiche

 

Liens