Porter la solidarité dans toute l’Europe

Venus de toute la France et d’Europe, 1 200 délégués et invités se sont réunis à Bordeaux, du 24 au 26 novembre, à l’occasion des Assises nationales et européennes de la solidarité afin de construire ensemble les réseaux de solidarités pour une Europe plus humaine et solidaire.

Le Congrès de Bordeaux a fait la part belle aux copains du monde qui fêtent cette année leur 25e anniversaire.
Adrien Lachappelle

« Alors que l’on constate la montée du racisme, de l’antisémitisme et de la barbarie, la volonté d’être solidaire est plus que jamais d’actualité », a déclaré Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, aux Assises nationales et européennes de la solidarité. Attestant qu’il est vital de tisser des liens de fraternité entre les peuples et de défendre les droits fondamentaux, le 36e congrès du Secours populaire français a réuni du 24 au 26 novembre, à Bordeaux, 1 200 délégués, aux côtés d’une cinquantaine de partenaires étrangers, et de 60 enfants du mouvement Copain du monde.

Développer un réseau européen de solidarités face aux discriminations

L’exclusion sociale et économique (120 millions d'Européens survivent au niveau du seuil de pauvreté) ne laisse pas indifférents les bénévoles du SPF.  Lors de ces Assises, tous les délégués ont jugé qu’il était urgent de renforcer le maillage du réseau de partenaires sur le continent, notamment pour défendre l'aide alimentaire européenne (FEAD).

L’association a ainsi édifié un réseau remarquable de partenariats, partageant projets et temps d’échanges. Face à la montée de la détresse en Europe, s'impose la nécessite d’étendre davantage ces liens en faisant participer encore plus de pays et en développant partout le bénévolat.

Les partenaires européens du SPF, forces vives pour la solidarité

Dans un français parfait, Irina Filimonova, directrice du Centre biélorusse de ressources de langue et culture françaises, partenaire du SPF depuis 1991, défend l’importance de la culture pour tous. « C’est ainsi que l’on promeut l’éducation populaire, celle qui permet à un individu d’avoir accès au savoir, de s’émanciper », affirme-t-elle. Depuis plus de trente ans, le Centre de ressources biélorusse envoie chaque année en France plus de 100 enfants des régions contaminées par la catastrophe de Tchernobyl en séjour prophylactique dans des familles bénévoles des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais.

Aide aux migrants-réfugiés, un défi historique

La délégation de Solidarité populaire de Grèce, partenaire du SPF, créée en 2013 à Athènes, a présenté ses projets afin de répondre à une population acculée par une crise qui ne connaît pas de fin depuis 2010, aggravée par les mesures d’austérité de la Troïka. Maria Plevraki, la présidente de l’association, a témoigné samedi avec beaucoup d’émotion de la situation dans les îles grecques des réfugiés, dont beaucoup, victimes de la guerre, viennent de Syrie. « La situation dans  les centres d’identification et d’enregistrement des migrants dits "hot spots" ne sont pas dignes. Les camps sont surpeuplés », lance-t-elle. Maria s'inquiète aussi de l’hiver qui arrive, du sort des enfants, des familles désemparées par ces conditions de vie inhumaines ; elle a appelé « à défendre de toutes nos forces les valeurs européennes des droits de l’homme et de la dignité de tous. » Patrick Paskewiez, secrétaire général de la fédération du Val-d’Oise, insiste « Nous allons devoir nous dresser contre l’indicible : la traite des humains qui, selon les derniers rapports, est loin d’être achevée. Défendre, soutenir, les migrants-réfugiés est un défi historique. » En Europe, mais aussi dans le reste du monde, le SPF apporte son soutien à ses partenaires pour les aider concrètement à venir en aide aux populations chassées par les conflits, mais aussi par les catastrophes naturelles comme la sécheresse, les inondations…

Renforcer les ressources financières, donner sa place à la jeunesse

Pour Julien Lauprêtre, « face à ces défis historiques, il s’agit de renforcer l’indépendance de l’association en développant ses ressources afin de mener de grands projets de solidarité. » Le Secours populaire, tout au long de ce congrès, a donné sa place aux enfants de son mouvement Copain du monde. Paco, Peio, Maialen, Yanis, Inès, Andgel ont impressionné par leurs idées, leurs interventions, la puissance de leur engagement citoyen. « Proposer aux enfants l’action, l’organisation et la responsabilisation, c’est intégrer Copain du monde comme pierre angulaire de l’association ; mondialiser le mouvement, c’est lui donner une ampleur universelle et fraternelle », précise Farida Benchaa, membre du Bureau national. À l’issue des travaux, Julien Lauprêtre a été réélu président national du Secours populaire français. Par ailleurs, vingt jeunes de moins de 30 ans accèdent aux instances nationales, dont deux ont moins de moins de 20 ans.