Ferougia, mère de famille accueillie à l'antenne d'Elbeuf depuis 2 ans  [Archivé]

  • Mis à jour le :
« Nous avions une vie ordinaire en Algérie : du travail, une maison, une voiture, les enfants allaient à l’école…
Tout allait très bien sauf la santé. 4 frères de mon mari sont morts à cause d’une polypose familiale.
Cette maladie se déclare enfant et évolue avec le temps. Nous savions que Rayane notre fils de 10 ans était porteur de la maladie et il en souffrait déjà beaucoup. Notre autre fils plus jeune lui aussi souffrait déjà énormément de constipations chroniques très très douloureuses.
Les soins que l’hôpital d’Alger nous proposait étaient totalement insuffisants. Un des oncles de mon mari venait de mourir après d’énormes souffrances. Une poche lui avait été posée, c’était la seule solution qui nous était proposée pour nos fils. La vie de nos enfants était la chose la plus importante pour nous.
 
Nous savions qu’en France ils pourraient bénéficier de soins adaptés et que nous serions aidés.
Nous avons donc décidé de partir. Nous avons vendu notre terrain et notre véhicule. J’ai pris un congé sans solde de 2 ans, j’étais agent administratif dans le service de gestion de l’eau. Mon mari a du abandonner son poste de technicien en climatisation.
J’ai un oncle à Angers. Nous avons été accueillis chez lui. Par internet, nous avons pu retrouver un ami algérien qui habitait Rouen, région où nous pensions pouvoir trouver du travail plus facilement.
De là nous avons trouvé un petit, très petit, appartement à louer à Elbeuf, nous y habitons toujours.
Les enfants sont soignés par un gastro-entérologue à Elbeuf avec un suivi à la clinique de l’Europe.
Ils vont à l’école à Elbeuf où ils sont d’excellents élèves, j’ai de la chance. Ils parlent le français beaucoup mieux que moi et ils nous aident énormément.
Je crois que si nous avons pu supporter tout cela en attendant d’avoir nos papiers, c’est eux qui nous en ont donné la force et qu’ils avaient compris que pour eux c’était une chance.
 
Quand nous sommes venus au Secours Populaire à Elbeuf c’était pour nous un jour merveilleux, nous avons été bien accueillis mais surtout nous n’avons pas senti que nous étions étrangers. Les gens nous écoutaient et nous comprenaient. C’est un soutien qui  nous donne la force de continuer. J'ai suivi des cours de français à la MJC locale.
Le Secours populaire nous aide par les aides alimentaires, les affaires scolaires et les habits mais ce qui est le plus important, ce sont les rencontres que nous avons faites. Nous avons rencontré d’autres familles et leurs difficultés, mais aussi nous avons  partagé des moments  heureux. Les sorties que nous avons faites avec le SPF nous ont montré des coins de France et les enfants sont contents de faire de petits voyages et d’être avec d’autres gens et nous dans la joie.
Grace à eux, je suis allée pour la 1ere fois au cinéma.
 
MAINTENANT MOI AUSSI J’AIDE LE SPF pour distribuer la nourriture, mais surtout avec eux je parle mieux le français et moi, je leur sers « d’interprète » avec les familles arabes accueillies ».