De belles vacances pour des enfants de Seine-Maritime

Najim est parti pour la première fois en Hollande l’année dernière.

  • Mis à jour le :

Najim  a eu 6 ans pendant ses vacances mais c’est déjà un vrai petit homme qui a quitté sa maman sans une larme. Dans le car, il n’avait pas les yeux assez grands pour tout voir ! Dès l’arrivée en Hollande, les enfants regardent tout différemment. Najim n’avait jamais vu autant de vaches ni de moutons et il a découvert avec surprise les « maisons qui tournent »  C’était formidable !!

A l’arrivée, il est parti en toute confiance vers sa famille de vacances. Il est revenu enchanté de ses vacances et il repart cette année.

Merci Jacqueline de nous avoir fait découvrir le petit Najim.
 

Peux-tu nous parler des familles de vacances ?

Les familles de vacances sont sélectionnées par l’association hollandaise Europa Kinderhulp qui est en partenariat avec le Secours populaire depuis 1962. C’est une association composée uniquement de bénévoles qui  recherche des familles offrant toutes les garanties pour accueillir un ou plusieurs enfants et dont au moins un des membres parle français.
Ces familles sont d’un milieu rural, composées de personnes généralement sportives et ayant des enfants. Les familles peuvent accueillir  1 ou 2 enfants mais pas des frères et sœurs.

 

Comment sont choisis les enfants qui partent vers la Hollande ?

Pour un premier départ, on recherche des enfants  entre 6 et 9 ans de manière qu’ils puissent, par la suite, être réinvités par les familles. Parmi les nombreux enfants qui sont partis depuis 2004, il y en a plusieurs qui ont été réinvités régulièrement par les familles : 3 enfants ont été réinvités pendant 8 années consécutives, et 6 ou 7 autres pendant 5 ou 6 ans.

De 25 à 44 enfants de Seine-Maritime partent chaque année en familles de vacances à l’étranger.
A ce jour, nous comptabilisons 14 enfants réinvités et 9 nouveaux qui vont partir cette année vers la Hollande.
En 2017, pour la première fois, nous partirons en car jusqu’à la gare du Nord à Paris. Les enfants prendront ensuite le TGV jusqu’à Amsterdam ou Rotterdam où les familles les attendront. Ils y resteront du 1er au 17 août
Pour la Suisse, une petite fille est réinvitée et 5 autres enfants partiront pour la première fois en juillet.

 

N’est-ce pas difficile de faire partir des enfants aussi jeunes ?

Je n’ai jamais eu d’enfants qui pleuraient ou qui refusaient de partir. Nous rencontrons les familles en amont et les mamans préparent bien leurs enfants à ce départ, tout le monde est d’accord. On rencontre l’enfant à son domicile en présence de ses parents ce qui nous permet de voir son comportement et ses habitudes. Par exemple : pour un enfant qui a peur des animaux, nous n’allons pas choisir une famille d’accueil qui a un chien !
On remplit le dossier le plus précisément possible de manière que l’enfant soit accueilli par la famille qui lui correspond le mieux possible.
Lorsque l’enfant arrive dans une famille, le premier soir il y a toujours un appel téléphonique entre la famille d’accueil et les parents de l’enfant. Je n’ai jamais eu d’enfant que nous avons dû aller rechercher car il ne se plaisait pas dans la famille !

 

Quelles sont les relations entre les enfants et leurs familles de vacances ?

Il y a toujours de la compréhension entre la famille et l’enfant !
Il y a souvent des pleurs au moment de la séparation entre l’enfant et sa famille de vacances On sent que la famille s’est attaché à l’enfant et réciproquement.
Les enfants  réinvités créent des liens avec les familles. Ils se téléphonent, s’écrivent et gardent le contact. Parfois des liens ce sont créés également entre les deux familles. Ils s’invitent aux grands événements familiaux tels que les mariages ou Noël.

C’est une belle aventure pour ces enfants !

Témoignage de Jacqueline Moreau, bénévole de l’antenne de Rouen et référente vacances en Hollande depuis 2004 et en Suisse depuis 2016

Témoignages

Je me prénomme Angélique, j’ai aujourd’hui 34 ans, née sur Elbeuf, issue d’une grande famille et j’ai 3 enfants. Cette lettre est un honneur, c’est avec beaucoup d’émotions que je l’effectue.

En effet, à l’âge de 6 ans maman m’a dit « tu va aller en vacances en Hollande» Cette phrase n’était pas anodine pour moi parce que déjà depuis plusieurs années 4 de mes frères vivaient cette magnifique aventure.
Ma première fois était remplie de joie, de peur, d’inquiétude et de questions : tout un mélange

Puis chaque année jusqu’à mes 16 ans, la veille du départ en Hollande, je n’en dormais pas … J’étais la petite la plus heureuse !

Petite fille d’une classe sociale moyenne et malheureusement ayant perdu ma maman à l’âge de 9 ans, un papa malade de l’alcoolisme avec 6 frères autour de moi, ce n’était pas facile chaque jour. Cependant, par bonheur maman à eu le temps de connaître ma famille d’Hollande qui s’était déplacée à l’époque jusqu’en France pour me visiter dans ma maison.

En effet, mes seules vacances de mes 6 ans à 16 ans ont été là bas au Pays-Bas. Et à 18 ans, j’y suis retournée seule puis à 20 ans avec mon fils Josselin qui avait 1 an et son papa. Toutes ces années, ont été que de superbes aventures et que du bonheur en permanence, même en écrivant mon témoignage, cette lettre me met les larmes aux yeux… ils m’ont beaucoup apportée dans mon enfance et ils m’apportent encore aujourd’hui dans mon quotidien.
Ma famille est un exemple pour moi, elle a fait partie de mon éducation comme mes parents. Pour autant pour moi, j’ai 2 papa et 2 maman.

Mon fils Josselin de 14 ans va en Hollande chaque année depuis ses 8 enfants dans la même famille, il adore !!!
Ma fille qui a pris 6 ans, est prévue au voyage cet été. J’ai hâte pour elle ! Je suis fière de pouvoir transmettre à mes enfants et ceux grâce au Secours populaire.

En conclusion, ce témoignage vous le confirme ce n’est pas que des vacances ce départ, c’est un nouveau monde rempli d’aventures, de bonheurs et d’amours.
Une petite fille qui se sentait seule, perdue, timide et déçue de la vie par ces douleurs de la vie a réussi à tout surmonter, et vous savez pourquoi ?
Je vais vous le dire avec ma plus grande fierté : « JE SUIS UNE FILLE DU SECOURS POPULAIRE »
Oui, car sans le Secours populaire je n’aurai pas connu les différentes éducations, les différentes forces que l’humain peut avoir, le bonheur de vivre une vrai vie de petite fille toutes ces choses que chez moi je n’avais pas « le Secours Populaire » m’a ouverte les portes. L’aventure, le bonheur et de l’éducation qui aujourd’hui sont retransmis à mes enfants. C’est la plus belle chose de mon enfance qui me soit arrivée j’en ai la certitude d’avoir été sauvée par cette Association sans même qui le sache, car leur but était un départ en vacance qui est devenu ma deuxième vie de petite fille et qui a fait tout mon éducation qui aujourd’hui m’a permis de réussir dans ma vie de maman.

Angélique

Mots-clés