Mon loyer est trop cher, 600 euros. Je suis au chômage, voyez ce qui me reste pour vivre après avoir payé l’EDF et le chauffage. Et la nourriture dans tout cela ? Le Secours populaire est le bienvenu, heureusement qu’il est là…

Danielle, au chômage, un enfant, Dijon

Je vis dans une caravane, sans électricité, sans chauffage. Je survis en faisant les poubelles. Les bons moments, c’est la musique, la danse et le soleil. Malgré tout on a toujours le sourire.

Anca, Marseille

Dans une chambre de 12 m2, je ne me sens pas chez moi et le loyer est cher. Chaque mois il faut faire attention au budget pour la nourriture. Manger équilibré devient difficile.

Armelle, étudiante, Marseille

Je vis en appartement avec mes six enfants. Je n’ai pas à me plaindre car j’ai un toit pour dormir ainsi que mes enfants, même si ce n’est pas facile. Pour l’instant je vis au jour le jour. Aujourd’hui tout est difficile. Faire ses comptes tous les jours…

Lysiane, sans emploi, Marseille

Ça me met en colère d’entendre que c’est le destin, que l’on est né sous une mauvaise étoile. Il faut se battre, être acteur de sa vie et non spectateur.

Sylvie

Je ressens beaucoup de fatigue tout en ayant de l’énergie. De la volonté pour l’avenir mais demain il y aura de plus en plus de chômage. J’ai peur de mon avenir, de ne pas trouver de travail, de ne pas pouvoir construire de famille.

Flora, lycéenne

Pages