Défendre les conditions de vie du peuple Pygmée [Archivé]

  • Mis à jour le :

A l’occasion de la venue de son partenaire congolais à Lyon le 1er décembre, la Fédération du Rhône du Secours populaire français a organisé une rencontre pour présenter ses projets de développement en lien avec le FDAPID (Foyer de Développement pour l’Autopromotion des Pygmées et Indigènes Défavorisés) qui agit au Nord Kivu en République Démocratique du Congo.

Après des remerciements chaleureux pour l’engagement des bénévoles du Secours populaire, Vicar Batundi - Coordinateur du FDAPID – a présenté les actions mises en œuvre en République Démocratique du Congo dans le cadre du programme initié en 2016 : «Lève-toi people autochtone Pygmée ».

 

Un contexte difficile

Tout en soulignant le travail déjà accompli, Vicar Batundi a rappelé que le chemin était encore long pour accompagner cette communauté très vulnérable en termes d’accès à la santé, à l’éducation, à la sécurité alimentaire ou de respect des droits humains.

Le peuple Pygmée - une communauté de la société congolaise – connait une situation de pauvreté extrême et est privé de l’accès aux terres arables.

C’est pourquoi, le Secours populaire accompagne ce programme sur deux volets centraux : l’autonomie alimentaire et l’éducation.

 

La nécessité de l’autonomie alimentaire

L’autosuffisance alimentaire constitue un enjeu pour permettre au peuple Pygmée de produire les cultures nécessaires à sa survie. Ainsi des formations ont été mises en place sur les techniques agricoles et les activités génératrices de revenus afin de viser l’autonomie du peuple. Aujourd’hui Vicar Batundi peut présenter les premiers résultats de cet accompagnement puisque le peuple Pygmée a débuté ses premières récoltes.

 

L’enjeu de l’éducation

Le second volet de ce programme est l’aide à la scolarisation pour les enfants de différents villages du Nord Kivu avec l’achat de kits scolaires, d’uniformes et  la mise en place de réunions de sensibilisation. En apportant son soutien, le Secours populaire participe à une meilleure intégration des enfants les plus démunis. Vicar Batundi souligne d’ailleurs la fierté des enfants qui peuvent désormais se présenter à l’école en uniforme, avec un cartable, des cahiers…

Malgré ces améliorations, il a fait part de ses inquiétudes face à la récente multiplication des frais de scolarité par 3 à la rentrée 2017. Un appel d’urgence a été lancé pour empêcher que certains enfants ne soient chassés de leurs écoles. Ainsi, un don de 6€ peut permettre de maintenir un enfant scolarisé une année.

 

En savoir plus

http://www.fdapid-hopeip.org/qui-sommes-nous

 

https://www.secourspopulaire.fr/69/dans-le-rhone-mondialisons-la-solidarite#.WiWQyEribIU