Trêve hivernale, des familles en sursis

À partir du 1er novembre s'ouvre la trêve hivernale qui permet, pendant cinq mois, de protéger les plus vulnérables des expulsions locatives. Toute l'année, le Secours populaire français est à l’œuvre pour épargner aux familles les affres de la rue mais aussi leur permettre de se maintenir dans un logement digne.

Pendant cinq mois, la trêve hivernale donne un répit aux familles qui ne peuvent être livrées à la rue.
Clarisse Clozier

« Quand on n’a pas de toit, il n’y a pas d’hiver, il n’y a pas d’été », nous confiait cet été Morad, un homme sans abri aidé par la maraude du Secours populaire de Paris. Le début de la trêve hivernale, du 1er novembre au 31 mars, vise à épargner aux plus vulnérables ce basculement redoutable dans la rue, où plus de 500 personnes sont décédées en 2016, selon le Collectif Les Morts de la rue.

Le mal-logement et les difficultés à payer le loyer restent le point névralgique dans le quotidien des familles pauvres. Comme le démontre le 22e rapport de la Fondation Abbé Pierre publié en janvier 2017, 15 millions de personnes souffrent du mal-logement : 4 millions sont mal logées et 12 millions sont fragilisées dans leur rapport au logement. Un chiffre englobant ceux qui dorment à même le bitume, ceux qui squattent des abris de fortune, ceux qui s'entassent dans des chambres d'hôtel ou dans des habitations mal chauffées, ceux encore, très nombreux, pour qui le loyer est devenu une charge insurmontable. Il révèle une situation de crise qui s'enracine et s'étend (le nombre de personnes sans domicile est en hausse de 50 % entre 2001 et 2012) touchant des pans de plus en plus importants de la société.

Le logement, au cœur des actions du SPF

Dans toute la France, le SPF soutient les personnes en mal de logement ou en situation de précarité énergétique, les accompagnant au quotidien, que ce soit à travers les maraudes ou camionnettes aménagées (Solidar’bus) qui vont à la rencontre des personnes sans abri, ou encore à travers des accueils de jour permettant aux personnes sans domicile fixe de se reposer pendant la journée, de s’informer et de recevoir aussi des aides d’urgence. De nombreuses fédérations du SPF favorisent aussi l’accès au logement en contribuant à mettre les familles ou les personnes isolées en lien avec les bailleurs sociaux, en les accompagnant dans de nombreuses démarches administratives. Le SPF agit aussi contre la précarité hydrique et énergétique, en assurant des actions de prévention afin de permettre aux ménages de maîtriser leur consommation d’eau et d’énergie, en mettant aussi en place des actions de médiation avec les opérateurs, évitant ainsi les coupures inopinées, qui aggravent la situation des populations les plus vulnérables.

Médiation avec les bailleurs

Les bénévoles du SPF sont nombreux à assurer une médiation avec les bailleurs sociaux, publics comme privés, pour éviter l’aggravation des difficultés et à terme l’expulsion. L’association n’oublie pas que, passé le 31 mars 2018, pourront reprendre les expulsions locatives qui, en fermant toute échappatoire aux familles, ne font qu'accroître le cercle de la misère.

Liens