Géorgie : l'enjeu crucial de l'éducation

L'association géorgienne Educare vient en aide aux lycéens les plus démunis en luttant contre la fracture numérique. Leur action, cruciale en temps normal, est devenue indispensable quand l'enseignement à distance s'est imposé dans un pays confiné.

Remise d'un ordinateur par Educare, partenaire du Secours populaire, à Anna (sweat-shirt rouge) chez elle, en présence de sa famille, durant la pandémie de Covid-19 en avril 2020.
Educare / SPF

L'enseignement public, en Géorgie, est un enjeu crucial dont s'est saisi Educare Georgia. Fondée en 2015, cette jeune association éducative à but non lucratif se fixe pour objectif de permettre aux élèves les plus défavorisés d'accéder aux outils numériques. Chacun des trois cent lycéens déjà aidés par Educare (issus des quartiers populaires de Tbilissi, des campagnes déshéritées ou des camps de réfugiés internes) se sont vus remettre un ordinateur portable doté d'une connexion internet et d'un bouquet de logiciels éducatifs. La solidarité apportée par l'association est permise par les dons des particuliers et de quelques entreprises perçus via une plateforme de financement participatif créée pour l'occasion, ainsi que par le partenariat noué avec le Secours populaire. En l'occurence, c'est avec la fédération du Rhône que les liens se sont tissés - rapidement et dans la confiance. 

Un partenariat entre le Secours populaire du Rhône et Educare

C'est en 2017 que naît ce partenariat et dès lors, le Secours populaire soutient financièrement l'action d'Educare. Les efforts de la fédération se portent sur une zone rurale, située à l'est du pays, à sept heures de route de Tbilissi : Guria. « Quand nous nous sommes rendus en Géorgie pour rencontrer notre partenaire et les élèves qui avaient bénéficié du soutien du Secours populaire, nous nous sommes rendus compte de l'état de pauvreté du système éducatif public. Mais ce qui nous a frappés plus que tout était la motivation de ces jeunes à étudier, et la détermination de Georges Jilblaze, président d'Educare, à les accompagner dans cette démarche » témoigne Françoise Lorca. Cette bénévole au Secours populaire de Lyon, très engagée dans les questions de solidarité internationale, participe à la mission que la fédération du Secours populaire du Rhône effectue au printemps 2019 en Géorgie. Ce déplacement ne fait que renforcer la détermination du Secours populaire à accompagner Educare dans son œuvre de réduction des inégalités et de la fracture numérique. 

Françoise Lorca découvre la réalité de l'enseignement public géorgien : des professeurs au faible niveau de formation et en nombre insuffisant en raison des bas salaires pratiqués, des établissements scolaires au confort précaire et souvent en état de délabrement avancé. Dans ce pays, classé cinquante-neuvième sur soixante-dix selon le PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves, ensemble d'études menées par l'OCDE afin d'évaluer la performance des systèmes éducatifs de différents pays), un élève sur trois n'a pas accès à Internet.

J'utilise Internet pour effectuer des recherches et approfondir mes connaissances (Mariam, seize ans)

En 2018 et 2019, le Secours populaire du Rhône, par son soutien financier, a permis à Educare de remettre à vingt élèves des petits villages de la municipalité de Guria des ordinateurs portables dotés d'applications éducatives (enseignement à distance, préparation des examens, accès à des livres numériques, etc.) ainsi que de pourvoir à leur formation à la culture numérique. Chaque mois, des coaches éveillent ces lycéens à l'utilisation d'un ordinateur et au fonctionnement des applications éducatives mais aiguisent aussi leur esprit critique face aux médias (infox, droits à l'image, etc.). Cette solidarité est, pour ces jeunes issus des familles les plus en difficulté du pays, identifiés par les professeurs et les collectivités territoriales géorgiennes, un levier d'inclusion et d'émancipation considérables en même temps qu'un outil efficient de réussite éducative et scolaire. « J'utilise Internet pour mon travail scolaire mais aussi pour approfondir mes connaissances » témoigne Mariam, seize ans, lycéenne accompagnée par Educare. Kakhaber, seize ans lui aussi, confirme : « Internet me permet d'être beaucoup plus efficace dans mes études ».

Sur le perron de sa maison, Goderszi vient de recevoir un ordinateur, comme plusieurs lycéens de son village.

Sur le perron de sa maison, Goderszi vient de recevoir un ordinateur, comme plusieurs lycéens de son village.

Une pertinence accrue durant la pandémie

Lors de la pandémie due à la Covid-19, cette solidarité s'est révélée d'une pertinence accrue. Mi-mars 2020, pour lutter contre la propagation du virus, le gouvernement géorgien ferme tous les établissements scolaires. Les élèves doivent ainsi toutes et tous suivre leurs cours en ligne. Les efforts d'Educare redoublent alors, afin de fournir aux jeunes qui en sont démunis les ordinateurs et les connexions qui leur permettront de continuer leur scolarité. Comme ailleurs, la pandémie frappe plus durement les familles déjà précaires et cette solidarité est précieuse. Grâce à des dons en augmentation, Educare peut offrir, au mois d'avril 2020, une connexion internet à cent jeunes supplémentaires. Au total, ce sont plus de mille élèves et enseignants qui ont utilisé les ressources en ligne gérées par Educare (soit trois fois plus que d'habitude). Dans les campagnes de Guria, grâce à l'appui du Secours populaire, les équipes d'Educare ont pu continuer d'équiper de nombreux élèves. Sillonnant les villages ruraux et isolés, la petite équipe d'Educare se rend au domicile des familles, au plus près des besoins.
« La pandémie a complètement bouleversé ma vie : je ne peux plus aller à l'école et je dois à présent étudier en ligne. Et Internet m'a été bien sûr utile – j'ai pu réaliser le travail qui devait être fait de toute urgence sans avoir à quitter la maison, ce qui a été pour moi un immense soulagement » témoigne ainsi Irina. Mariam, quant à elle, confie : « Sans cet ordinateur, la connexion internet et les ressources en ligne, je n'aurais tout simplement pas pu suivre mes cours... Mais heureusement, j'ai pu continuer de m'investir dans mes apprentissages ! »

La joie est grande dans la famille de Ketevan (ici, avec son frère et sa soeur) : elle va pouvoir continuer à étudier à distance, malgré la pandémie.

La joie est grande dans la famille de Ketevan (ici, avec son frère et sa soeur) : elle va pouvoir continuer à étudier à distance, malgré la pandémie.

Des liens durables tissés

Si le partenariat entre la fédération du Rhône du Secours populaire et Educare est encore jeune, sa solidité doit être soulignée. Pour prolonger le travail conduit sur place en direction des lycéens en difficulté, le Secours populaire organise régulièrement la venue en France de jeunes géorgiens. Ceux-ci sont alors des résidents du camp de déplacés internes de Tserovani près de Tbilissi (accueillant des milliers de familles originaires des provinces indépendantistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie), au sein duquel Educare développe son programme éducatif. Ainsi, quatre lycéens ont pu participer au festival d'Avignon en juillet 2019 puis quatre enfants ont été accueillis au Village d'enfants "Copains du monde" de Meyras en Ardèche en août 2019. Ces liens durables, tissés entre les deux associations, augurent d'une solidarité intensifiée dans les années à venir.

Liens

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés