« Salauds de pauvres », un film solidaire [Archivé]

Un film à sketchs. Un message : remettre en cause les stéréotypes négatifs qui pèsent sur « les pauvres ». Un producteur qui a voulu que tous les  bénéfices soient reversés au Secours populaire.

Les bénéfices du film coup de poing, contre les clichés subis par les pauvres, seront reversés au Secours populaire.
DR

Les douze histoires courtes qui composent le film offrent une peinture cruelle de la société actuelle, avec une verve comique qui fait des embardées vers la farce. Parmi les réalisateurs, Patrice Leconte fait fonction de parrain pour les onze autres qui dévoilent à cette occasion leur premier film, comme Christophe Alévêque.

Le long-métrage s’ouvre sur une demi-mondaine (Arielle Dombasle) qui fait la manche auprès d’une personne sans-logis (Albert Delpy, à la langue toujours bien pendue) après avoir dilapidé sa fortune au casino. Bon prince, la personne sans logis va lui donner les quelques pièces récoltées dans la journée pour que le personnage d’Arielle Dombasle puisse rentrer chez lui en métro.

Des comédiens et réalisateurs reconnus

La scène, tournée par Patrice Leconte, donne le ton. L’affiche est tenue par des comédiens et de comédiennes que l’on ne présente plus : Zabou Breitman, Philippe Chevallier, Christine Murillo, Virginie Lemoine, Carolina, ou Husky Kihal, notamment.

« Salauds de pauvres », l’expression est née sous la plume de Marcel Aymé dans La Traversée de Paris, qui a été adaptée par Claude Autant-Lara en 1956 avec Bourvil, Jean Gabin et Louis de Funès. Déjà, elle avait fait scandale à l’époque. « Pauvreté est un mot galvaudé, raconte le producteur Frédéric Marboeuf, entre deux cigarettes. On lui attribue des qualités négatives qui n’ont rien à voir avec la réalité. Le but est de délégitimer les 10 à 12 millions de pauvres que compte la France. Pourquoi faire quelque chose pour ces ‘‘affreux’’, dans ces conditions ? ».

Un producteur en colère

Cet ancien producteur star, qui a « extrêmement bien gagné [sa] vie », ne perçoit depuis une quinzaine d’années que le RMI, d’abord, puis le RSA. La pauvreté est une condition que Frédéric Marboeuf vit de l’intérieur. « Comment font les gens pour vivre avec 450 euros par mois ? C’est impossible ! Sans les associations, les gens ont faim ! », dit celui qui a déjà été bénévole « une fois » au Secours populaire.

Son film, Frédéric Marboeuf souhaite qu’il inspire au plus de gens possible de « se bouger » pour mettre fin à la pauvreté.

 


Genre : Comédie à sketchs

Réalisateurs : Christophe Alévêque, Rémi Cotta, Jean-Claude Deret, Charles Dubois, Sophie Forte, Giédré et Nadia Kozlowski-Bourgade, Patrice Leconte

Acteurs : Christophe Alévêque, Zabou Breitman, Carolina, Philippe Chevalier, Albert Delpy, Arielle Dombasle, Virginie Lemoine, Albert Mesley, Christine Murillo, Serge Riaboukine, Serena Rinaldi, François Rollin

Durée : 1h46

Sortie : 5 juin 2019, une cinquantaire de salles prévues

Distributeur : Dix-Huit Jours

Liens

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés