La déesse Gaia frappe les trois coups de la campagne des Pères Noël verts

Pour le lancement de la campagne des Pères Noël verts, 5 000 enfants et adultes ont assisté à Paris, le 17 novembre dernier, au spectacle « Gaia, par les femmes des cirques du monde » du cirque Phénix. Les invités venaient d’Ile-de-France et de dix autres départements (Calvados, Marne, Nord, Yonne, etc.). « Ça nous a fait un bien fou », a confié l’une des participantes.

"Ce spectacle, c’est vraiment le bonheur qu’on cherche à offrir un peu à nos enfants pour qu’ils aient une vie comme tout le monde", déclare Shéhérazade, l'une des 5000 invitées au cirque Phénix pour le lancement de la campagne des Pères Noël verts.
Jean-Marie Rayapen

Sourire d’une oreille à l’autre, Ali, 5 ans, vient de faire une photo souvenir avec le Père Noël vert. Très chaleureux, celui-ci accueille les invités 5 000 invités du Secours populaire à l’entrée du cirque Phénix. Le petit était impatient. « Depuis une semaine, quand il se réveille il me demande tous les jours si c’est aujourd’hui le cirque », raconte Farah, sa mère à qui cette sortie met du baume au cœur. « Avec l’envolée du coût de la vie, je n’ai pas pu commencer à mettre de côté des cadeaux de Noël, contrairement à l’année dernière », confie cette serveuse à mi-temps, qui élève seule son fils et sa fille. Son amie Shéhérazade, en invalidité, élève elle aussi seule ses enfants. Elle confirme : « Ce spectacle, c’est vraiment le bonheur qu’on cherche à offrir un peu à nos enfants pour qu’ils aient une vie comme tout le monde. »

Enfants et parents avaient des étoiles plein les yeux

Les portes du chapiteau s’ouvrent. « Mettez-vous bien au fond de la rangée », indiquent les ouvreuses. Les invités remplissent tous les gradins. Les projecteurs bleu et rouge tournoient, baignant le public dans une ambiance un peu mystérieuse. « Pendant 20 mois, nous n’avons pas pu nous produire devant un public. Le cirque Phénix est très heureux que cette première représentation soit pour les Pères Noël verts », lance au micro Alain Pacherie, depuis le centre de la piste de cirque. Les trois coups sont frappés. Le spectacle peut commencer. Adultes et enfants retiennent leur souffle. Et les numéros d’artistes s’enchaînent sous les « Ooooooh » admiratifs et les applaudissements spontanés, marquant le bonheur d’être là, tous ensemble.

Le cirque Phénix était heureux de faire sa première représentation des 20 derniers mois pour les invités du Secours populaire. Ces derniers aussi en étaient très heureux. Ce qui a mis entre parenthèse pendant quelques heures la dure réalité de la pandémie

Le cirque Phénix était heureux de faire sa première représentation des 20 derniers mois pour les invités du Secours populaire. Ces derniers aussi en étaient très heureux. Ce qui a mis entre parenthèse pendant quelques heures la dure réalité de la pandémie


Deux particularités dans le spectacle appelé « Gaia » en référence à la mère des déesses dans la mythologie grecque : contrairement à la tradition circassienne, il n’y aucun animal et tous les numéros sont interprétés par des artistes femmes : des équilibristes éthiopiennes, des flamencas argentines, des acrobates japonaises qui déroulent à toute vitesse une chorégraphie en faisant tournoyer leur monocycle… A droite de la scène, la famille de Kayra ne manque rien des numéros, applaudissant plus d’une fois à tout rompre. Contrairement aux autres années, à cause de l’épidémie, elle ne pourra pas emmener ses quatre enfants en Algérie pour passer les fêtes de fin d’année en famille. « C’est dur de ne pas voir ses proches. » Venue d’Evreux, dans l’Eure, elle est arrivée tôt et en a profité pour pique-niquer sur l’esplanade de Reuilly, avec d’autres familles.

Une première pour Tiryak, ses frères et sa soeur

« C’est la première fois que je vois un grand cirque en vrai. C’est super », souffle tout sourire sa fille Tiryak, avant la représentation. Elle sait d’avance que le spectacle va lui plaire. « J’ai une grande confiance dans le Secours populaire. » En effet, comme tous ses frères et sœurs, elle a été en vacances cet été grâce à l’association. « C’était une semaine spéciale mode, en Normandie. C’était génial », s’exclame l’ado de 13 ans, qui veut devenir avocate ou infirmière.

Le Père Noël, vert forcément, était présent pour accueillir, avec les bénévoles, les nombreux invités venus de près de 20 départements. Un moment d'émotions pour de nombreux garçons et filles.

Le Père Noël, vert forcément, était présent pour accueillir, avec les bénévoles, les nombreux invités venus de près de 20 départements. Un moment d'émotions pour de nombreux garçons et filles.


« Ce qui m’a plu le plus, c’est le numéro tout en haut avec les anneaux », s’exclame la petite Jana à la fin du spectacle. Même numéro préféré pour sa copine Salma, dont le sourire laisse voir quelques dents de lait manquantes. Avec encore des étoiles plein les yeux, les invités sont allés prendre un goûter copieux sous un chapiteau contigu. Donnant un avant-goût de Noël, les enfants y ont reçu des cadeaux, parfois des mains des personnalités qui parrainaient l’opération, comme l’écrivain à succès Michel Bussi, l’actrice Sara Giraudeau ou la chroniqueuse féministe Isabelle Alonso.

On n'a pas les moyens de faire des sorties

et avec le Covid-19, c'est encore plus difficile

                                                                                                                           Kayra, la mère de Tiryak

Cette sortie au cirque inaugure une campagne des Pères Noël verts durant laquelle les bénévoles vont se mobiliser, en France et dans le monde, pour que les personnes vivant dans la précarité puissent elles aussi se ressourcer pendant les fêtes de fin d’année. Après deux ans d’épidémie, le goût du bonheur ne les a pas quittés : elles ont plus que jamais envie de changer d’air. « On n’a pas les moyens de faire des sorties et avec le Covid-19, c’est encore plus difficile », observe Kayra. A côté, son amie Fouzia approuve : « Quand j’ai appris qu’il y avait cette sortie, j’ai tout organisé pour y participer car ce sera la seule pour Noël. » Les sourires de ses enfants lui ont donné raison.

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Sans les bénévoles, rien n’est possible !

C’est grâce à la mobilisation de dizaines de milliers de bénévoles que le Secours populaire peut mener ses actions. Vous pouvez nous rejoindre :

Mots-clés