A La Rochelle, le SPF transmet le virus de la culture

La crise sanitaire a, depuis un an, rendu plus difficile encore le quotidien des personnes en difficulté. Le Secours populaire fait face à une hausse historique des demandes d’aides. Mais au-delà de l’aide alimentaire, cruciale comme jamais, les bénévoles du SPF continuent de penser leur solidarité comme une réponse à des situations humaines et non matérielles. Ainsi, ils développent des actions visant à favoriser l’accès de tous à la culture et aux pratiques artistiques comme, par exemple, à La Rochelle.

Partout en France, le Secours populaire favorise les rencontres avec les arts et la culture.
Pascal Montary/SPF

Chantal joue avec ses cousines dans le sous-bois de la forêt des Planteurs, à l’ouest d’Alger, tandis que les adultes finissent les reliefs du pique-nique. L’odeur des pins est bientôt chassée par celle, acidulée, des gâteaux qu’elle prépare avec sa maman puis celle, de craie et ardoise mêlées, de sa salle de classe. Les souvenirs remontent irrésistiblement : elle pourrait presque toucher la terre du jardin potager de son grand-père André, le sable brûlant du Sahara parcouru à dos de Méhari… En ce jeudi après-midi de printemps 2021, Chantal, le temps de l’atelier d’écriture auquel elle participe au Secours populaire de La Rochelle, retrouve son Algérie natale. L’espace d’un instant, elle a six ans. « J’ai pleuré quand j’ai écrit, confie Chantal Villemagne. J’ai fait remonter de beaux souvenirs mais aussi des souvenirs plus douloureux mais les écrire m’a fait du bien. »

Des ateliers de découvertes artistiques, des sorties culturelles, des spectacles…

« Les ateliers d’écriture sont magiques car ils permettent de prendre le pouvoir avec les mots ! », s’enthousiasme Brigitte Agulhon, qui a animé l’atelier. Cette enseignante, ayant travaillé toute sa carrière en éducation prioritaire et devenue conteuse et lectrice à voix haute professionnelle, détaille : « Il s’agit de mettre les participants en confiance et en appétit. Certains ont des souvenirs difficiles d’école, un rapport compliqué à l’écriture… Mais tout le monde a son grenier d’images, de mots, de souvenirs. » Brigitte a donc invité chacun à écrire sur le principe des listes, telle le « Je me souviens » de Georges Pérec, dont Chantal s’est emparée pour conter ses années de jeunesse au sein de sa famille pied-noir. 

« Ils sont partis heureux, d’avoir passé une heure et demi à penser à autre chose, ajoute Brigitte. C’est un atelier destiné à se faire plaisir bien sûr, mais l’écriture touche toujours quelque chose de plus profond, à l’intérieur de soi. Et moi, j’étais heureuse d’avoir vécu ce moment avec eux. C’était un apport mutuel, une belle rencontre. Annick a bien fait de me proposer d’animer cet atelier ! » Annick, c’est Annick Notter, bénévole au Secours populaire de La Rochelle en charge de la culture. Depuis deux ans, elle propose aux personnes accompagnées par le SPF des ateliers de découvertes artistiques, des sorties culturelles, des spectacles. Les arts et la culture, qui permettent de s’évader, de s’ouvrir, de s’enrichir et de réfléchir sa place dans le monde, constituent son cheval de bataille. « Je suis présente tous les jeudis matin lors des libres-services alimentaires. J’ai une table, je propose des livres, j’annonce les spectacles et les sorties, on discute ! », éclaire cette conservatrice de musée, qui s’est engagée au SPF au moment de la retraite. Elle y poursuit ainsi un travail de fond cultivé tout au long de sa carrière professionnelle, visant à ouvrir les lieux de culture à tous les publics. 

« Sur mon siège rouge de théâtre, j’ai fait un grand voyage. »

« Il faut susciter le désir et la curiosité, explique Annick. Les gens me disent qu’ils n’ont pas le temps, que ce n’est pas pour eux… Il faut les convaincre du contraire ! Si l’on arrive à entrouvrir une porte en eux, elle ne se refermera plus. » A présent qu’Annick est bien identifiée par les familles aidées par le Secours populaire, celles-ci viennent la voir et s’inscrivent à différentes activités culturelles. A la rentrée 2019, un partenariat est initié entre le Secours populaire et la Scène nationale de La Rochelle « La Coursive ». Bénéficiant des conseils de la médiatrice du lieu, Émeline, et de tarifs très doux pratiqués pour le SPF, Annick identifie des spectacles et des films qu’elle propose ensuite aux familles. Pièce de théâtre, cirque, opérette, concert, film d’animation… : il y en a pour tous les désirs, toutes les curiosités, tous les goûts. 

« J’ai fait de grandes découvertes et j’ai pu avoir accès à des endroits auxquels je n’aurais jamais pu avoir accès sans le Secours populaire, témoigne Christian Toucheteau. Annick choisit des spectacles accessibles à tous. Ma plus grande découverte c’est le théâtre. Quand j’y suis allé, c’était la première fois que j’entrais dans une salle de spectacle ! Des spectacles, je n’en avais vu qu’à la télé. Et là, c’était impressionnant. Je me souviens d’une pièce magnifique, « Les contes sur le feu », et aussi d’une troupe de cirque vietnamienne. C’était très impressionnant, de voir les artistes bouger dans l’espace. De les voir en vrai… Sur mon siège rouge de théâtre, j’ai fait un grand voyage. »

Des Journées bonheur pour rompre avec le stress et les privations du quotidien

A l’été 2020, des visites, accompagnées d’un guide conférencier, dans les différents musées de La Rochelle sont mises en place, comme au musée du Nouveau Monde avec une piste au trésor pour les enfants, ou au musée maritime avec un atelier de matelotage. Sont également proposées des sorties d’une journée pour aller à la découverte du patrimoine naturel et culturel de la région. Promenade en barque dans le marais Poitevin, découverte de la faune et visite de l’abbaye de Maillezais. Visite de l’île de Ré, découverte de la récolte du sel et baignade sur la plage. Croisière autour de l’île d’Aix avec vue imprenable sur Fort-Boyard… Chaque programme est l’occasion de mêler découvertes culturelles et grands bols d’air. Ces « Journées bonheur » sont, pour les enfants, les familles et les personnes isolées aidées par le SPF, des moments précieux qui rompent avec le stress ou les privations du quotidien. Imaginées, au printemps 2020,  par les fédérations du Secours populaire pour proposer aux familles une alternative à des départs en vacances devenus impossibles en pleine crise sanitaire, les Journées bonheur ont perduré et essaimé ; à La Rochelle, elles sont devenues des rendez-vous incontournables.

Ces activités viennent compléter les efforts déjà déployés par le SPF pour contribuer à un mieux-être des personnes en difficulté, comme les séjours vacances à nouveau proposés - les familles invitées n’oublieront jamais leur semaine passée à découvrir le ski dans la station pyrénéenne de Luchon Superbagnères en février 2021. Autre exemple de cette attention portée au bien-être des personnes accompagnées : les séances de massage qui furent proposées, ce même mois 2021, aux personnes venues chercher une aide alimentaire !

A La Rochelle, le SPF transmet le virus de la culture

Promenade en barque et en famille dans le Marais poitevin organisée par le SPF de La Rochelle - 8 août 2020

« Écrire, cela me permet d’évacuer la colère, m’évader, me soulager de ma souffrance... »

« A un moment dans ma vie, je ne m’en sortais plus. Alors, je suis allé voir le Secours populaire, et ils m’ont aidé. Heureusement que le SPF a été là et qu’il est encore là aujourd’hui, sinon mes fins de mois, je n’en verrais pas la couleur… », témoigne Christian. « Auparavant, je travaillais sur les chantiers navals. A l’âge de 37 ans, on m’a dit que je ne pourrais plus travailler, car ma colonne vertébrale s’effrite. Je n’ai pas pu l’accepter, c’était impossible à entendre, et je ne peux toujours pas l’accepter aujourd’hui, à 52 ans. J’en veux à la terre entière, et écrire, cela me permet d’évacuer la colère, de m’évader, de me soulager de ma souffrance et mes poids lourds. »

Chantal a elle aussi rencontré le Secours populaire quand le quotidien est devenu impossible. « Si je suis allée un jour au SPF, c’était pour une aide alimentaire. Je ne trouvais pas de travail à temps plein, je ne faisais que des remplacements, j’avais trop peu d’allocation chômage pour vivre. J’ai toujours eu des hauts et des bas, ma vie a toujours été comme ça… Les bénévoles m’ont accueillie, ils ont su me remonter le moral ! », se souvient Chantal. « Et puis, j’ai perdu ma maison lors du passage de la tempête Xynthia, en 2010. Le SPF a alors organisé un voyage à Paris pour les sinistrés. C’était ma première fois à Paris : le bateau-mouche, la tour Eiffel, le cabaret Les Cousines, le musée Grévin… », sourit Chantal, rappelant que les efforts portés depuis deux ans par Annick s’appuient sur une volonté ancrée depuis longtemps dans l’association.

« On sème sans savoir ce que l’on récoltera »

Christian et Chantal se sont déjà rencontrés : ils ont tous deux assisté à l’atelier d’écriture animé par Brigitte, ainsi qu’à d’autres ateliers d’initiation artistique. Dans la foulée des spectacles et des sorties, c’est le troisième volet mis en place par le SPF de la Rochelle pour un accès de toutes et tous à la culture. Ce sont toujours des artistes professionnels qui sont mobilisés, leur travail étant rémunéré grâce à une subvention versée au SPF par la DRAC – la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Les ateliers céramique, couture et arts plastiques ont permis à chaque participant de créer leur propre fresque, sac et cerf-volant. Des ateliers gravure, sculpture et cyanotype ont été autant de moments de découverte et de création d’œuvres originales. Malgré la crise sanitaire qui sévit depuis plus d’un an et les contraintes qu’elle impose, les activités culturelles se poursuivent à La Rochelle. Si les sorties au spectacle sont momentanément suspendues, les ateliers vont bon train et les idées continuent de germer. Depuis janvier 2021, grâce au soutien de l'association des "Amis des Musées d'art et d'histoire" de La Rochelle, un atelier d’arts plastiques est proposé tous les mercredis matin aux enfants du quartier de Mireuil. 

Toutes les activités proposées sont à présent, naturellement, réalisées en tout petits groupes. Mais il ne s’agit jamais, en la matière, de vouloir trop étreindre. C’est un combat à mener à échelle humaine. « Le travail de conviction prend beaucoup d’énergie. Je ne suis pas pessimiste. Il faudra encore beaucoup de temps mais il y a des choses qui se débloquent ! », avance Annick, avant de conclure : « Nos victoires ne sont qu’individuelles. On ne peut pas changer la société du jour au lendemain. On sème, sans savoir ce que l’on récoltera, quand on le récoltera. Et quand ça éclot, on n’est parfois plus là pour le voir ! »

 

A La Rochelle, le SPF transmet le virus de la culture

Une mère et sa fille lors d'un atelier d'initiation à la sculpture organisé par le SPF de La Rochelle - 16 juillet 2020

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés