Les petits dons font les grandes actions

Le samedi 14 janvier, le Secours populaire français lançait sa 24e campagne du Don’actions en plein cœur de Paris, devant le centre Georges Pompidou. Une soixantaine de bénévoles s’étaient donné rendez-vous. Habillés de leurs gilets bleus, équipés de troncs et de terminaux TPE, ils sont allés à la rencontre du public. En fin de matinée, ils ont été rejoints par des marraines et parrains de l’association venus leur prêter main forte. Cette traditionnelle collecte nationale revêt cette année un caractère particulier : sur fond d’inflation, les besoins des personnes aidées et du SPF sont en hausse. Une réalité à laquelle les donateurs sont sensibles.

Le samedi 14 janvier, Assia et Annie bénévoles au Secours populaire ont répondu présentes pour le lancement de la campagne du Don'actions.
Lisa Miquet

Sassia s’est levée tôt ce matin pour être ici avec le Secours populaire français. Bénévole à l’antenne de Clichy, elle donne régulièrement de son temps pour la solidarité, notamment le mardi et le jeudi lors de la permanence de l’antenne. « Je suis présente quand je le peux, on nous envoie des mails pour nous proposer de participer à des actions ou à des événements et si je suis disponible, je m’inscris ». Pour elle, le Don’actions est une campagne importante. Elle a, depuis le début de l’année, déjà diffusé 13 carnets, notamment aux personnes qui viennent à la permanence pour la solidarité. Aujourd’hui, avec les 60 bénévoles de l’Île-de-France présents, elle « souhaite poursuivre la collecte, faire connaître ce que fait l’association et surtout faire savoir que les associations ne peuvent agir sans moyens financiers ». Une fois équipés de leurs gilets bleus et du matériel nécessaire à la collecte du Don’actions, les binômes reçoivent les consignes de Marylène et Christian. Pour Serge, tout jeune bénévole, se plonger dans la lecture du flyer « Pas d’actions sans dons » lui donne des arguments de collecte. Il apprend notamment qu’avec un euro, on peut offrir un repas à une personne en difficulté. Son idée est d’expliquer aux donateurs que les petits dons sont utiles et permettent au Secours populaire d’agir. Cette première action avec le SPF ne semble pas l’intimider, bien au contraire.

Un engagement qui rassemble

C’est avec Annie, bénévole depuis 19 ans à la fédération de Paris, que Sassia va former un binôme. Pour aller collecter dans le quartier, les bénévoles se mettent par deux. « C’est plus facile pour aborder les gens », nous disent-ils. Bien qu’elles ne se connaissent pas, leur engagement au SPF les rassemble. Avec leur tronc, leur carnet de Don’actions et un TPE, elles décident de s’engager dans les rues qui mènent aux Halles. La première personne qu’elles interpellent est un étudiant un peu timide et qui ne peut pas aider le SPF. Lui-même en difficulté, elles l’informent des dispositifs de solidarité mis en place à Paris avec les différentes antennes étudiantes. Annie lui laisse le numéro de téléphone de la fédération de Paris. Un peu désert en ce début de matinée, le parvis du centre Beaubourg commence à se remplir. Mais pour rencontrer du monde, Annie et Assia se postent à la sortie d’une boulangerie et invitent les clients à aider le SPF. Sensibles à leurs discours, certains ouvrent leur porte-monnaie tandis que ceux qui ne disposent pas de monnaie peuvent utiliser leur carte bleue grâce au TPE qu’Assia tient à la main.

Une solidarité au rendez-vous

Pour l’ensemble des personnes rencontrées, la solidarité c’est important. Un jeune papa avec sa fille de 10 ans prend le temps d’échanger avec les bénévoles pour la sensibiliser au bénévolat et à l’action des associations qui aident ceux qui n’ont rien. Attentive, elle écoute la présentation du Secours populaire. Pour Annie, même si sa mission est de collecter, elle sait aussi que la prise de conscience des plus jeunes est essentielle pour changer le regard que l’on porte sur la pauvreté.  Ce matin-là, la solidarité et la générosité sont au rendez-vous. Tous les binômes le disent à leur retour, les gens donnent sans vouloir participer à la tombola populaire. Ce qui les motive, c’est d’aider l’association et non pas de gagner un vélo électrique ou une croisière. Quant à Serge, qui vient de participer à sa première campagne du Don’actions, il est très surpris par l’accueil bienveillant des donateurs. « Même si demander de l’argent n’est pas ce qu’il y a de plus facile, je n’ai pas eu beaucoup de difficulté. Et puis le contexte de l’inflation est une réalité que beaucoup de personnes comprennent. Ils savent que la pauvreté touche de plus en plus de gens. »

Parrains et marraines sur le terrain

Alors que la collecte est bien lancée, les bénévoles déjà sur le terrain reçoivent le renfort de personnalités qui soutiennent l’association. Sont présents Thomas Sotto journaliste et animateur télé, Veronica Antonelli chanteuse lyrique, Caroline Maigret mannequin et productrice de musique, Lola Marois comédienne ou encore Magali Ripoll chanteuse et musicienne de l’émission « N’oubliez pas les paroles ». Habillés également de gilets bleus, ils déambulent aux abords du centre Georges Pompidou pour faire connaître le SPF et sa campagne nationale de collecte. Reconnus par beaucoup, leur célébrité autant que leur engagement sont des atouts pour l’association. A toutes les personnes croisées, le journaliste et animateur télé Thomas Sotto demande de faire un petit geste pour la solidarité. « Une petite pièce pour nous aider » est son slogan. Quant à Magali Ripoll, elle n’a qu’un regret : ne pas avoir pris son accordéon avec elle. Pour elle, cette première action avec le Secours populaire qu’elle soutient depuis peu est une « belle expérience qui me fait découvrir l’engagement des bénévoles qui sont plein d’énergie ».Caroline de Maigret est contente de sa collecte. Cette fidèle du SPF, qui participe régulièrement aux maraudes de la fédération de Paris, a bien compris que pour agir les bénévoles ont besoin de moyens. « Dès que je peux agir sur le terrain je viens. J’aime beaucoup ce que fait le SPF, notamment pour les personnes en grande difficulté, comme les SDF que nous aidons à Paris. Et puis je partage toujours sur mes réseaux sociaux vos actualités. Vous faire connaître fait aussi partie de la mission des parrains et marraines. »En fin de matinée, tous les bénévoles sont de retour, ainsi que les personnalités.  A l’heure des comptes les résultats sont bons, avec 2815 euros de collectés, le Secours populaire disposera de moyens supplémentaires pour aider les familles qui sont de plus en plus nombreuses à frapper aux portes des permanences d’accueil.

Les petits dons font les grandes actions<br />

Magali Ripoll, chanteuse et musicienne, est venue soutenir les bénévoles du Secours populaire pour leur collecte nationale. ©Lisa Miquet

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Sans les bénévoles, rien n’est possible !

C’est grâce à la mobilisation de dizaines de milliers de bénévoles que le Secours populaire peut mener ses actions. Vous pouvez nous rejoindre :

Mots-clés