La Retirada, 80 ans déjà

Une exposition retraçant l’épisode dramatique de la Retirada, l'exode des Républicains espagnols devant l’avance des troupes fascistes de Franco, du 28 janvier au 13 février 1939, était visible au Palais des congrès de Perpignan durant le 37e congrès du Secours populaire, du 15 au 17 novembre 2019.

Le Secours populaire a organisé une exposition commémorant les 80 ans de la Retirada.
Pascal Montary

Il y a 80 ans, des centaines de milliers de civils et de militaires franchissaient la frontière pour trouver refuge en France. À bout de forces, 14 000 d’entre eux trouvaient la mort durant l’hiver.

Dans les trois premières salles, les visiteurs et visiteuses pouvaient d’abord découvrir ou redécouvrir l’histoire de la guerre d’Espagne, suivie de l’exode massif, brutal et désespéré des réfugiés espagnols. Passant la frontière française totalement démunis, ils reçurent un accueil hostile des autorités tricolores. Puis, en contre-point, le public pouvait s’approprier l’histoire intrinsèquement lié du Secours populaire et de l’Espagne de 1934 à 1975. Sur de nombreux panneaux détaillant les actions de solidarité de l’association étaient reproduits de multiples témoignages de l’accueil chaleureux de ses bénévoles.

Une très grande émotion parmi les visiteurs

Les coupures de presse, extraites entre autres de La Défense, le journal de l’association, devenu Convergence en 1981, retraçaient les appels à collecte, les convois humanitaires envoyés de l’autre côté des Pyrénées tant que les troupes républicaines résistaient, les batailles juridiques pour défendre les Espagnols emprisonnés dès la frontière franchies, les actions au plus près des réfugiés dans la région Occitanie.

Revue Châtiment, archives SPF 1946, numérisée par Digiscrib

Revue Châtiment, archives SPF 1946, numérisée par Digiscrib.

Jusqu’à la fin du régime franquiste en 1975, le Secours populaire a continué à soutenir les victimes de la répression, des tortures, des procès à huis-clos, en France comme en Espagne.

Cette rétrospective a provoqué de vives émotions parmi les visiteurs : en effet, dans la région et même plus loin, beaucoup de gens ont des ascendances espagnoles, c’est donc pour eux la mise en lumière d’une histoire intime comme l’ont confié plusieurs d’entre eux : « Mes grands-parents m’emmenaient chaque été sur la plage d’Argelès-sur-Mer. Ils ne m’ont appris que beaucoup plus tard que c’était là qu’ils avaient été internés à leur arrivée en France », raconte l’une des visiteuses.

La dernière partie de l’exposition intitulée Aujourd’hui faisait le lien avec l’actualité la plus brûlante et immédiate, alors que plus de 30 000 candidats à l’exil sont morts en Méditerranée ces dernières années. Ainsi, le panneau reprenant des chiffres des Nations Unies sur la réalité des migrations dans le monde rappelait que 9 migrants sur 10 vivent dans un pays pauvres à proximité du leur et non pas dans un pays riche.

Des liens avec le présent

Enfin, un catalogue augmenté a été édité sous le titre L’Espagne républicaine au cœur du Secours populaire. Cet ouvrage, dirigé par Serge Barba, historien et ancien président de l’association « Fils et filles de républicains espagnols et enfants de l’exode », a été rédigé collectivement par Serge Barba, Elise Boursault (responsable du centre de documentation du SPF) et Corentin Lahu (doctorant préparant une thèse sur le Secours rouge / Secours populaire de France entre 1923 et 1939).

Dans la préface du livre, Henriette Steinberg, secrétaire générale du SPF, nous interpelle : « Les temps sont autres, mais veillons ».

L'Espagne vivra, film de Cartier Bresson à Beaubourg

L'Espagne vivra, film de Cartier Bresson à Beaubourg

Liens

Mots-clés