Des Pères Noël verts au Parlement européen

Du 3 au 5 décembre, la Fédération des Maisons Des Lycéens organisait ses Assises nationales, dans l’enceinte du Parlement européen. Le Secours populaire français y était invité.

Les 1000 délégués de la Fédération des Maisons des jeunes sont tous devenus des Pères Noël verts.
Jean-Marie Rayapen

Les 1000 délégués ont tous mis des bonnets verts, signe qu’ils étaient tous des Pères Noël verts du Secours populaire. « C’était grandiose », juge Christian Lampin secrétaire national du Secours populaire chargé de la Jeunesse et de l’accès au sport.

Une délégation du Secours populaire était invitée dans le cadre du partenariat liant les deux organisations. Plusieurs de ses membres participaient aux tables rondes sur la citoyenneté, l’engagement solidaire et la solidarité européenne. Ils ont également tenu un stand destiné à sensibiliser les lycéens, à l’aide d’un jeu de l’oie, sur l’importance du maintien de l’aide alimentaire européenne.

Les participants ont été nombreux à demander les coordonnées des comités locaux du Secours populaire pour s’engager. « Les valeurs des deux organisations sont assez similaires », conclu Christian Lampin.

La Fédération des Maisons des lycéens tient jusqu'au 5 décembre ses Assises nationales au Parlement européen.

La Fédération des Maisons des lycéens tient jusqu'au 5 décembre ses Assises nationales au Parlement européen.

Témoignages

Depuis quand le Secours populaire et la Fédération des Maisons Des Lycéens entretiennent-ils des relations ?

Il y a deux ans déjà Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire français, avait été invité à leurs précédentes Assises nationales. Les jeunes ont beaucoup apprécié le discours, y décelant des manières communes de voir, et nos deux organisations ont depuis signé une convention de partenariat.

Le but  de ce partenariat ?

Partout sur le territoire, les bénévole du Secours populaire entrent en relation avec les Maisons des lycéens, il y en a plus de 250. Les jeunes désireux de monter des opérations de solidarité peuvent ainsi s’insérer dans celles que nous menons déjà : chasses aux œufs, collectes alimentaires, nos campagnes, etc.

Y a-t-il des temps forts ?

Nous avons invité des lycéens au Festival des solidarités, qui s’est déroulé à Bruxelles, en octobre. Ils ont présenté le partenariat aux jeunes du Secours populaire qui venaient de très nombreux départements. Des liens se sont noués à partir de la précarité que rencontrent les jeunes des milieux populaires, lycéens ou étudiants.

Cela débouche-t-il sur une mise en mouvement ?

Nous assistons à un rapprochement entre les jeunes des deux organisations. Notre présence aux Assises de Strasbourg représente une très belle opération « hors des murs » du Secours populaire. Nous voyons avec eux comment ils peuvent agir, notamment, sur des thèmes comme la mobilité en Europe ou de solidarité à l’international.

Christian Lampin, secrétaire national du Secours populaire à la jeunesse et l'accès au sport

Liens

Mots-clés