Solidaribus, de l'humanité dans un no man's land

Depuis quelques mois, le SPF de l’Essonne dispose d’un Solidaribus. Un plus pour les personnes vivant en hôtel social.

Une fois par semaine, l'antenne mobile s'installe sur le parking de l'hôtel pour faire une distribution alimentaire
Olivier Pasquiers

Malgré le vent et la pluie, il aura fallu à peine vingt minutes à Aurélie, Marie-Reine, François et à toute l’équipe du SPF pour vider le Solidaribus et installer la distribution alimentaire hebdomadaire sur le parking de l’hôtel social de Tigery dans l’Essonne. Isolé, et en pleine campagne ce lieu héberge 150 personnes, dont 40 enfants de moins de trois ans.

Madame Koffi, arrivée de Côte-d’Ivoire en décembre 2015 et mère de trois enfants, dont le plus jeune, Junior vient tout juste d’avoir deux ans est en attente d’une carte de séjour.  Actuellement son statut ne lui ouvre aucun droit, alors la venue de l’antenne mobile une fois par semaine est une vraie chance pour elle, comme pour toutes les familles résidentes de l’hôtel.

La nourriture distribuée ce jour-là sera cuisinée au plus vite, dans l’unique cuisine de l’hôtel, car avec un seul frigo pour tout le monde, il est difficile de garder les denrées périssables. Affiché sur la porte, le planning permet à chacun de se préparer ses plats pour la semaine.

Mais au-delà de l’aide matérielle apportée par le SPF, les bénévoles se mettent à la disposition de tous, notamment pour le suivi administratif des dossiers. Récemment arrivés de Syrie, Monsieur et Madame Abouraman  viennent d’obtenir leurs papiers. En attente d’un travail de chauffeur livreur, Hamed, ne rêve que d’un logement avec deux chambres pour que ses deux garçons puissent faire leurs devoirs dans de meilleures conditions. « Apprendre à l’école est important, même s’ils ne parlent pas encore bien le Français. Le Secours populaire nous aide pour tout ce qui est administratif. Nous avons tout laissé derrière nous, il nous faut reconstruire une autre vie », nous confie-t-il.

Pour cet été, la fédération organise deux sorties en base de loisirs pour permettre aux enfants de s’amuser le temps d’une journée. Mais rien n’est prévu pour les familles : le moindre départ de l’hôtel entraîne la perte de la chambre…

En images