Jumping de La Baule, des femmes du Secours populaire en invitées VIP

Ce jeudi 5 mai, dix femmes aidées par le Secours populaire ont pu découvrir le Jumping de la Baule et ses coulisses. Après deux années de mise en stand-by dû à la pandémie, le partenariat mis en place entre le Secours populaire et le Jumping de la Baule fêtait ses 7 ans cette année.

Les femmes invitées devant l'obstacle aux couleurs du SPF
Jean-Marie Rayapen

Au cours de cette journée à l’hippodrome de la Baule débutant à 9h30, plusieurs activités étaient au programme du Jumping, plus grande compétition internationale se déroulant sur le sol français. Avec plus de 250 chevaux présents dans les deux écuries du site, c’est un total de vingt nationalités différentes qui étaient présentes à Nantes. Les femmes invitées ont eu l’opportunité d’avoir accès à la préparation de l’événement ainsi qu’à la course. En effet, dès leur arrivée sur le site du Jumping, elles ont eu l’occasion de faire une découverte de terrain. Celle-ci permet aux cavaliers de prendre leurs marques sur la piste et, en calculant la distance séparant chaque obstacle, d’optimiser leur chance de faire le meilleur temps possible. Lors de cette reconnaissance, elles ont pu découvrir l’obstacle aux couleurs du Secours populaire. Tandis qu’un des directeurs des pistes expliquait les règles que les cavaliers devaient suivre pour remporter la course, toutes contemplaient, émerveillés, la grandeur des tribunes comme la beauté du parcours. Subjuguées par la magie du lieu et téléphone en main, elles ont enchaîné les photos et vidéos pour garder un souvenir de ce moment unique.

À la suite de cette reconnaissance de la piste, les participantes se sont installées dans les tribunes de la Baule. Durant 2 heures, elles ont eu la chance de suivre le déroulé du prix départemental de Loire-Atlantique. Épatées par l’osmose entre le cheval et le cavalier, elles ont salué le travail et imaginé l’ampleur de l’entraînement qu’un tel niveau nécessitait. La Marseillaise, qui retentissait au moment de la remise des récompenses, sonna aussi l’heure du repas : dans l’invitation à cette journée, un déjeuner dans la loge Rolex était prévu. En arrivant à la table qui leur était réservée, toutes ont profité pleinement de leur repas en gardant un œil sur le parcours. De grandes baies vitrées permettaient de continuer de suivre les courses tout en dégustant de la raie en entrée, du canard en plat et une revisite de la tarte tatin en dessert. Un menu digne d’un grand chef.

Jumping de la Baule<br />

Époustouflée devant la beauté de son dessert, Muriel voulait immortaliser le moment ! - ©JM Rayapen / SPF

Muriel, une des participantes, nous fait part de son ressenti sur cette journée passée au Jumping de la Baule : « C’est le kiff total ! Dans sa globalité, j’ai passé une magnifique journée. De la découverte du terrain jusqu’à la remise des récompenses, nous avons passé des moments exceptionnels ». Muriel avait déjà entendu parler de l’événement puisque sa fille y avait participé grâce au Secours populaire avant la pandémie du Covid. Jusqu’à présent, seuls les enfants étaient invités sur l’événement ; cette année, le programme a été modifié pour permettre à des femmes aidées de pouvoir découvrir le monde de l’équitation. Et c’est sans hésiter que Muriel a répondu positivement à l’invitation du SPF : « Je n’ai jamais regardé d’équitation à la télévision, mais lorsque ma fille m’en a parlé, je me suis dit qu’il fallait que j’y aille. J’ai eu la chance cette année d’y participer et j’ai passé une très belle journée. Nous avons aussi eu la chance d’avoir un grand soleil, ce qui nous a permis de profiter pleinement. »

La pratique de l’équitation, souvent perçue comme un sport élitiste, est pourtant beaucoup plus accessible que ce qu’on pense. Muriel aime se faire sa propre opinion, c’est pour cela qu’elle ne voulait pas trop écouter ce que l’on disait avant de se rendre sur le site du Jumping. « En m’inscrivant, ma seule volonté était de venir découvrir, voir par moi-même. Lorsque je ne connais pas quelque chose, si j’en ai la chance, alors mon souhait est d’aller le découvrir. Je suis venue aujourd’hui avec un regard d’enfant, pour découvrir le monde de l’équitation. J’ai tellement aimé que je pense revenir durant le week-end avec mes enfants ! »

Pour la plupart de ces femmes, c’était une journée emplie de découvertes. Elles n’avaient jamais vu l’ampleur de l’organisation d’une course équestre. Pour une femme en particulier, cette journée représentait un beau défi à relever. Stéphanie* était propriétaire de 3 chevaux avant que tout bascule. À la suite d’un divorce, elle n’a pas pu conserver ceux-ci. Étant à plus de 45 minutes du centre équestre dans lequel ses anciens chevaux suivent le cours de leur vie, elle ne peut pas leur rendre visite. Même si cette journée est synonyme de bonheur, cela lui aura fait remonter quelques douloureux souvenirs du passé. C’est les larmes aux yeux qu’elle nous a raconté ses beaux souvenirs et moments passés avec ses chevaux …

Pour conclure cette belle journée, les femmes du Secours populaire ont eu l’occasion de rencontrer Philippe Rozier, champion olympique de saut d'obstacles par équipes aux Jeux olympiques d'été de 2016. Bien que pressé, le champion a pris le temps d’immortaliser ce moment par une photo avec chacune d’entre elles.

Jumping de la Baule<br />

L'admiration est toujours aussi grande devant un cheval et son cavalier - ©Jean-Marie Rayapen / SPF

Si ce partenariat existe aujourd’hui, c’est en partie grâce au travail de Nathalie Bouillet, directrice départementale du Secours populaire de Loire-Atlantique et de Fleur Leroyer, directrice des opérations du Jumping. La responsable du Secours populaire, fille d’anciens propriétaires de chevaux, qui accompagnait son père sur ce Jumping lorsqu’elle était plus jeune, confie : « Dans la vie, parfois, nous pouvons nous mettre des barrières. Nous sommes aujourd’hui à la Baule et la Baule c’est tout le cliché que l’on peut avoir d’un lieu luxueux et qui plus est lors d’un événement équestre. Le monde de l’équitation souffre de préjugés et de clichés qui ne sont au final pas toujours vrais. Le Jumping est un événement que l’on peut percevoir comme très luxueux et inaccessible. Notre pari à nous est de casser cette barrière qui pourrait exister et de montrer que ce sport est accessible, qu’il n’est pas réservé à une seule catégorie de personnes ».

Dans un mois, des femmes seront invitées en thalasso et certaines d’entre elles s’y retrouveront. Une nouvelle « Journée bonheur », organisée par le Secours populaire de Loire-Atlantique et dont les bénévoles espèrent qu’elle fera autant rêver que le Jumping de la Baule.

*Prénom utilisé pour conserver son anonymat.

 

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Sans les bénévoles, rien n’est possible !

C’est grâce à la mobilisation de dizaines de milliers de bénévoles que le Secours populaire peut mener ses actions. Vous pouvez nous rejoindre :

Mots-clés