A Saverdun, les petits jardiniers du monde cultivent la Terre [Archivé]

Dans le village de Saverdun, en Ariège, l’antenne du Secours populaire met l’enfance au cœur de ses activités. Ainsi, en septembre 2020 a été mis en place un atelier de jardinage pour les enfants des familles aidées par le SPF. Les petits jardiniers du monde récoltent de bons légumes pour leurs familles ainsi que pour d’autres personnes aidées par le Secours populaire. Chaque mercredi, ces enfants, venus souvent de pays lointains, cultivent la terre en même temps que les valeurs de solidarité. Reportage.

Prince, Danna et Elodie, trois des "petits jardiniers du monde" de Saverdun, arrosent les plants de salade qu'ils viennent de planter.
Yoann Léguistin / SPF

C’est le premier mercredi de l’été. En ce début d’après-midi, les enfants commencent à arriver par petites grappes ; le ciel encombré de nuages gorgés de pluie et les rafales de vent mauvais n’entament en rien leur humeur radieuse. Comme chaque semaine, ils sont une dizaine à venir pour cultiver les petites parcelles de jardin que met à leur disposition l’antenne du Secours populaire de Saverdun, village niché au cœur de la plaine ariégeoise et arrosé par le fleuve Ariège. Cathy, horticultrice à la retraite, et Audrey, jeune maman, accueillent les « petits jardiniers du monde », ces enfants de familles aidées par l’association qui se retrouvent chaque semaine pour jardiner ensemble.

« Aujourd’hui, on a beaucoup de travail ! Nous allons repiquer des salades et des plants de tomate. Nous allons aussi pouvoir récolter des salades. Celles qui resteront, nous les offrirons aux familles qui viennent demander de l’aide au Secours populaire, annonce Cathy aux enfants. Mais d’abord, on va visiter le jardin, voir comment tout a poussé ! » Alors, la petite troupe inspecte chacun des vastes bacs joliment aménagés, qui occupent la bande de terrain située entre les locaux du SPF et la route départementale. On caresse les feuilles charnues des salades, on replace les tuteurs des tomates. On se penche sur les plantes aromatiques, on les contemple, les hume, les touche : sur les doigts subsistent milles parfums. Puis l’équipée se mue en une petite armée déterminée, munie d’arrosoirs vert pomme : c’est l’heure d’arroser les plantes et les légumes, ainsi que les fleurs qui, plantées ici et là, éclaboussent le jardin de leurs couleurs.

Saverdun, terre d’accueil

Sur ce lopin de terre semble s’être donné rendez-vous la Terre entière : Noorya et ses trois frères sont afghans, Danna et sa petite sœur sont colombiennes, Prince et ses deux frères sont rwandais… Car Saverdun, petite commune de moins de 5000 habitants, est, depuis longtemps, une terre d’accueil. La tradition remonte à son Institut protestant, fondé au XIXème siècle. D’abord foyer pour les enfants orphelins ou maltraités, il a aussi, au fil des ans, accueilli des enfants réfugiés qui ont fui la guerre et la misère. Aujourd’hui, l’Institut accueille une maison d’enfants pour mineurs isolés et accompagne des familles dans leurs demandes d’asile tout en leur trouvant un logement dans le village.

Les mamans ne sont pas loin. Elles aussi prennent soin de la terre et des cultures, en même temps qu’elles veillent sur leurs enfants. Simples spectatrices quand l’atelier jardinage a commencé en septembre 2020, elles se sont progressivement investies. « Petit à petit, les mamans se sont impliquées dans le projet. Elles font des gâteaux pour le goûter, aident les enfants à jardiner, aident à la manutention. Elles prennent des responsabilités, ce qui les valorise et préserve leur dignité. Et puis, elles passent un moment agréable à discuter », résume Mireille, responsable de l’antenne et initiatrice de l’activité. « Les visages et les sourires des mamans témoignent de leur bonheur d’être là et de se retrouver, toutes ensemble. »

A Saverdun, les petits jardiniers du monde cultivent la Terre

Audrey, bénévole, et Elodie, petite jardinière du monde, concentrées et en plein travail. ©Yoann Léguistin/SPF

« J’ai retrouvé une famille ici, elle s’appelle Secours populaire »

Cathy glisse, dans un souffle : « Cela fait beaucoup de bien à Maria d’être dehors, au grand air, de travailler la terre, de partager ce moment avec ses enfants ». Maria, c’est la maman de Noorya, 12 ans, et de ses trois frères, Kamdam (16 ans), Merhan (13 ans) et Morteza (6 ans). Avec le papa, tous les six ont fait un très long voyage avant de venir se poser enfin, ici à Saverdun, et d’y trouver la paix. Maria revit en accéléré les dix années que celui-ci a duré quand elle énumère les pays traversés : après l’Afghanistan, l’Iran, puis la Turquie, la Grèce, la Serbie, la Bosnie, la Slovénie, l’Italie et enfin la France. Monaco d’abord, puis Nice, Paris, Toulouse et, au bout de la route, Saverdun.

« J’ai quitté mon pays, je n’ai plus de famille. Mais j’ai retrouvé une famille ici, elle s’appelle Secours populaire », confie Maria, en regardant sa fille Noorya, qui se livre alors : « En Afghanistan, c’est très difficile pour les filles. Elles n’ont pas le droit d’aller à l’école. Mais moi, mon rêve, c’est de devenir médecin généraliste. Ici en France, je vais tout faire pour réaliser mon rêve. » Puis, retrouvant sa légèreté d’enfant, elle lance : « On s’est appelés les petits jardiniers du monde. C’est moi qui ai trouvé le nom et tout le monde était d’accord. Nous sommes des enfants du monde entier et ensemble, on se retrouve pour cultiver la terre. »

« Apprendre à protéger la nature, c’est aussi apprendre à se protéger les uns les autres »

A présent, chacun s’active à repiquer les plants de tomates, que les bénévoles ont récupérés auprès des magasins partenaires donnant régulièrement au SPF leurs invendus. Les plants offrent une grande variété de tomates : jaunes, vertes ou rouges, rondes, côtelées ou zébrées : « Tu vois, on voit déjà les petites zébrures », indique Cathy à Prince. Audrey aide Zaira à rempoter le plant qu’elle a minutieusement choisi. La petite fille transplante alors, en un mélange savamment dosé de terreau et de terre, la jeune plante pleine de promesses.

« C’est une activité très importante pour mes deux filles. Elles apprennent que la nature doit être protégée, elles découvrent comment planter et récolter, qu’il est important de manger de bonnes choses. Mais c’est aussi pour elles un moment où elles rencontrent d’autres enfants, elles sortent de la maison »avance Lucia, maman de Danna (8 ans) et Zaira (6 ans), arrivée de Colombie depuis deux ans pour se construire une vie meilleure« Ici au Secours populaire, elles apprennent le respect, l’entraide et la solidarité. Apprendre à protéger la nature, c’est aussi apprendre à se protéger les uns les autres. »

A Saverdun, les petits jardiniers du monde cultivent la Terre

Zaira et sa soeur Danna s'apprêtent à offrir la salade qu'elles ont récoltée à leur maman. ©Yoann Léguistin/SPF

« Copain du Monde » : des citoyens de demain conscients et solidaires

Noorya montre, emplie de fierté, la salade qu’elle a cueillie pour sa mère : une belle sucrine aux feuilles vert tendre et aux proportions généreuses. Le choix d’Elodie s’est porté, quant à lui, sur une batavia, qu’elle apporte, déposée dans un sachet, à Louiza, sa maman, originaire d’Algérie. « Les premiers légumes, les enfants les prennent pour leurs familles et les autres seront offerts à d’autres familles lors des distributions », éclaire Mireille. Lucia avait raison : les mercredis, à Saverdun, on apprend le jardin mais aussi la solidarité. « L’objectif de ces après-midi, c’est aussi d’apprendre à vivre tous ensemble en respectant nos différences », confirme Mireille. « Ce n’est pas parce qu’on est en difficulté qu’on ne peut pas accéder à des activités de loisirs, de culture, de découverte », complète la responsable de l’antenne.

« La priorité de l’antenne de Saverdun va aux enfants. Un enfant doit pouvoir devenir autonome et pour cela, il doit se voir offrir un éventail maximum de moyens et de rencontres pour se construire en découvrant le monde », continue Mireille. Aussi, la petite antenne développe-t-elle des actions « Copain du Monde » afin de former des citoyens de demain conscients et solidaires : conduite d’ateliers sur les droits de l’enfant dans les écoles, organisation d’animations par des enfants dans la maison de retraite et, donc, l’atelier hebdomadaire des petits jardiniers du monde.

La belle équipe de Saverdun

Deux heures ont passé, durant lesquelles enfants, parents et bénévoles ont œuvré sans relâche. Chaque plant de salade repiqué a été copieusement arrosé par les enfants qui ont ensuite rangé leur matériel. Tandis que Lucia respire rêveusement les feuilles panachées vertes et jaunes d’un thym citron, Danna, Zaira et Elodie passent en trombe, se courant après en riant. Avant d’avaler un goûter très attendu, petits et grands se rassemblent et s’assoient en cercle : c’est le moment du rituel du « bâton de parole ». La brindille passe de mains en mains et les paroles s’enchaînent, résumant les impressions et souvenirs de l’après-midi passée ensemble. « Je suis heureuse car aujourd’hui, ma fille a joué avec ses amis et a appris de nouvelles choses », énonce Louiza dans un français qu’elle ne maîtrise pas bien encore mais que tout le monde comprend parfaitement.

Alors, il est temps de se restaurer. Maria a apporté un gâteau à la fleur de rose qui, sitôt la première bouchée avalée, vous emporte sous d’autres cieux. C’est Lina qui supervise le goûter. Cette maman de deux enfants a d’abord rencontré le Secours populaire quand elle a eu besoin d’aide puis elle en est devenue une des chevilles ouvrières. Bénévole « à plein temps », Lina est sur tous les fronts. Ce midi, à l’attention des bénévoles, elle a préparé un grand plat de couscous – « un couscous marocain, attention ! », précise-t-elle sous le regard amusé de Louiza. Pour la remercier de son implication sans faille, Mireille et toute l’équipe lui offrent un beau panier de fleurs. Lina saura en prendre soin et les faire grandir, tout comme elle sait cultiver, comme l’ensemble de la belle équipe de Saverdun, les graines de la solidarité.

A Saverdun, les petits jardiniers du monde cultivent la Terre

Louiza, Maria et Lucia, en compagnie de leurs enfants "petits jardiniers du monde". ©Yoann Léguistin/SPF

 


Un projet de jardins familiaux verra le jour en 2022.

Les ateliers nature des « petits jardiniers du monde » essaiment : l’antenne de Saverdun travaille activement à un projet de « jardins familiaux » en lien avec la mairie. L’objectif en est de permettre aux familles accompagnées par le SPF, ainsi qu’à d’autres familles vivant en appartement et ne disposant pas de jardins, dans un souci de mixité sociale, de cultiver leur propre parcelle et récolter leurs légumes. Tandis que la commune mettra à disposition le terrain ainsi que les accès à l’eau, le Secours populaire se chargera de la conduite de ce projet ambitieux ainsi que de l’accompagnement, au quotidien, des familles dans leur apprentissage et leur pratique du jardinage. Cathy, déjà impliquée dans les ateliers des « petits jardiniers du monde » chaque mercredi, ainsi que Norbert et Marie-Françoise, forment la petite équipe en charge de ce projet de « jardins familiaux ». L’objectif est de lancer l’activité dès le début de l’année 2022.


 

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés