A Bègles, la dignité passe aussi par le défilé

Toutes les braderies de vêtements ne se ressemblent pas au comité de Bègles du Secours Populaire. Une à deux fois par an, les bénévoles y organisent un défilé de mode ! Visite de ce comité actif et plein d'énergie.

  • Du :
    18/03/19
  • au :
    26/03/19
France

Julie Pinasseau / spf33

Il y avait deux défilés ce 9 mars dans la ville de Bègles. Pendant que dans les rues de la banlieue bordelaise, les chars du carnaval se frayaient un chemin, Dominique elle, préparait ses tenues et attendait ses mannequins. Avec toujours une petite appréhension… « On leur donne le rendez-vous mais il peut se passer beaucoup de choses dans le quotidien de ces familles en grande précarité… ».

Defilé mode Bègles Mars 2019

Depuis 2010, cette bénévole acharnée organise une ou deux fois par an un défilé de mode préparé avec les personnes aidées du comité de Bègles. « L’idée est venue simplement parce qu’on nous donnait des robes de soirées, des tenues de mariage,… dont on ne savait pas trop quoi faire ! Alors ma sœur, qui était avec moi au vestiaire, les lavait et réparait les tenues et on a commencé à demander à des personnes aidées si elles voulaient les porter… » Cette après-midi du 9 mars, elles et ils seront une vingtaine à se prêter à l’exercice sous les yeux admiratifs de leurs familles, des bénévoles du comité et du public réunis dans la salle Saint-Maurice.

« On leur propose quand ils viennent au vestiaire et souvent, ils répondent tout de suite oui, raconte Dominique. Ils ont beaucoup de problèmes à la maison alors ce genre d’activités, ça permet de penser un peu à autre chose… » Dominique aimerait trouver une relève pour organiser ces défilés mais elle est heureuse comme tout derrière les paravents qui forment les coulisses du spectacle à venir.

Defilé mode Bègles Mars 2019 / librairie solidaire

De l’autre côté des paravents, les bénévoles du comité tiennent la classique braderie de vêtements et la librairie solidaire. A Bègles, 70 bénévoles accueillent les 130 foyers qui ont recours à l’aide du Secours populaire, soit 400 personnes environ. « Ces chiffres ont explosés ces dernières années, notamment sous l’effet de l’installation de squats dans la ville. » Un sujet sur lequel la commune de Bègles et son maire alertent régulièrement, estimant que sur la centaine de squats de la Gironde, 24 se trouvent à Bègles. Alors, les bénévoles de Bègles s’affairent : ramasse des invendus chaque jour dans les magasins de la commune, distribution alimentaire deux jours par semaine (vendredi et mercredi) au lieu d’un seul jour jusqu’à présent, cours de Français tous les lundis, atelier coiffure… Et bien sûr, vide-greniers et lotos pour financer toutes ces actions.

« On se démène avec la quinzaine de bénévoles assidus-es, raconte Patrick Bassaler, secrétaire général du comité. Les jours de collecte alimentaire, c’est-à-dire 5 fois par an, on n’est pas moins de 80 répartis sur les supermarchés de la ville. » Des actions pour lesquels les bénévoles n’hésitent pas à faire appel aux personnes aidées pour qu’ils et elles prêtent main forte dans la mesure de leurs possibilités.  A l’image de Berlinda, jeune kosovare aidée par le Secours populaire lorsqu’elle s’est retrouvée sans rien, devenue coqueluche du comité, joueuse de rugby avec les amis-es d’Ovale citoyen et animatrice du mouvement Copain du Monde sur la ville.

18h30, Dominique et ses mannequins sont prêts-es. Ils sont finalement au complet, filles, femmes, garçons, messieurs, toutes et tous sourires devant leur public du jour. Les tenues sont belles, les visages aussi et chacun-e recouvre un peu de dignité sous les applaudissements. Enjouée, à quelques minutes du bouquet final, Dominique va chercher un monsieur dans le public… « C’est le fiancé de la jeune fille en robe de mariée, ils se marient vraiment dans deux semaines », glisse Patrick. Un peu gêné mais tout sourire, le monsieur Albanais enfile un costume à queue de pie, prend sa future épouse par le bras et se prête à la déambulation.

Defilé mode Bègles Mars 2019

L’image est belle, les souvenirs sont forts. Dominique peut présenter les tenues posées sur cintres, en espérant que quelques personnes oseront les acheter ; histoire que l’estime de soi dure plus longtemps qu’un défilé.