URGENCE ouragan Matthew [Archivé]

Toutes les bonnes volontés sont invitées à se mobiliser pour venir en aide aux familles sinistrées.

  • Mis à jour le :

SPF
"Tous droits réservés"

Inondations, maisons effondrées, eau potable coupée, cultures agricoles ravagées, l'ouragan Matthew laisse derrière lui des victimes et des millions de sinistrés en Haïti, à Cuba et dans d'autres pays voisins.

Après le passage de l'ouragan Matthew, selon les experts le plus puissant depuis des décennies, le bilan humain ne cesse de s'alourdir. Les dégâts matériels sont considérables, notamment en Haïti qui se relève péniblement de la situation désastreuse laissée par le séisme de 2010. Des millions de familles se retrouvent dans le dénuement et la détresse.

Le Secours populaire débloque un premier fonds d'urgence de 50 000 € pour répondre aux besoins de première nécessité des populations sinistrées. Le SPF lance un appel à la solidarité afin de renforcer l'aide aux victimes et de pouvoir les accompagner dans la durée.

Le Secours populaire français mène ses premières actions sur le terrain, en liaison avec ses 6 partenaires haïtiens.

Je fais un don

En faisant un don, vous participez à l'immense réseau de solidarité du Secours populaire français.

Toutes les bonnes volontés (donateurs, bénévoles, enfants "Copain du monde", partenaires, entreprises, personnalités...) sont invitées à se mobiliser pour venir en aide aux familles sinistrées.

Une mission du SPF de Haute-Vienne et des Pompiers de l’urgence internationale est arrivée à Port-au-Prince, mardi 11 octobre. L’équipe (infirmière urgentiste, chef de mission, ingénieur en bâtiment, logisticien en eau potable) évalue sur place les actions à mener, avec le concours de l’association ACEM Haïti, l’un des partenaires haïtiens du SPF.

La mission s’est rendue dans la ville de Jacmel, puis de Jérémie. « Dans la première localité, la mission fait état de dégâts matériels sur le plan de l’habitat. La population parvient à s’organiser avec les associations locales. L’école que nous avions reconstruite après le tremblement de terre de 2010 a permis de sauver des vies puisque des personnes (…) pendant l’ouragan », relate Corinne Makowski, secrétaire nationale du Secours populaire chargée de l’international. (L’Humanité.fr, 12 Octobre, 2016)

Première distribution humanitaire

Le SPF va très rapidement fournir de l’aide alimentaire (riz, maïs, pois, huile, etc.), des produits d’hygiène (dentifrice, savons, lessive, papier hygiénique…) et des  pastilles de potabilisation de l’eau à 1 000 familles sinistrées à Fond Jean Noël, Saint-Louis du Sud et à Rivière Froide. La distribution sera assurée par les bénévoles l’Association haïtienne des citoyens pour le développement, l’un des partenaires du SPF.

En Haïti, l’urgence est alimentaire et sanitaire.

Le SPF va prochainement recevoir des évaluations d’actions à entreprendre en priorité de la part de  Concert-Action, un partenaire qui intervient dans la zone de Les Palmes et Delatte. Les familles sinistrées pourraient recevoir des tôles pour réparer les toits des maisons et des semences ainsi que de l’outillage agricole. Les paysans pourraient ainsi relancer les cultures vivrières. « Leur activité contribue à l’autosuffisance alimentaire, qui est aujourd’hui mise à mal. Notre soutien en matériel est donc urgent pour relancer très vite la mise en culture des terres », ajoute Corinne Makowski.

Le SPF de la région des Pays-de-la-Loire a transféré 13 500 euros à son partenaire Aquadev pour des actions d’urgence en faveur des familles de l’ilet de Sab, proche de l’île de Gonâve. « Les aides les plus urgentes sont : les latrines, l'eau, l'enrochement, le matériel de pêche, la réparation des maisons », signale Aquadev qui s’apprête à intervenir sur place auprès des pêcheurs. 

Réparation des maisons, aide aux paysans

Dans la commune de Gentillotte, située entre Les Cayes et Port Perrin, la situation est très difficile. L’ASPAG, un autre partenaire du SPF, est en train de déterminer le budget nécessaire à l’aide humanitaire et à la réhabilitation de l’habitat et de l’école : 90 % des maisons ont perdu leur toit et sont fortement dégradées par les pluies. Les écoles ont également perdu leur toit. Les cultures vivrières sont dévastées et environ la moitié des arbres a été arrachée par l’ouragan.

Le rythme de l’aide internationale reste incertain mais une chose est établie, selon Corinne Makowski : « Les Haïtiens vivent une double peine après le terrible séisme [de janvier 2010] : des gens qui vivaient déjà dans la pauvreté se trouvent de nouveau frappés. (…) La solidarité, ce n’est pas une affaire de quelques semaines, mais de mois, d’années. »

La Fédération du Cher lance un campagne de soutien pour les sinistrés d'Haïti, faites un don ...  Merci pour votre soutien.

 

Mots-clés