140 jeunes aux Jeux-Olympiques de Londres

En juin 2012, grâce à la Fondation Française des Jeux et EDF, 140 jeunes et des enfants ont pu se rendre à Londres pour assister à des épreuves olympiques de badminton, football ou de basketball et rencontrer des champions olympiques.

  • Mis à jour le :
140 jeunes aux Jeux-Olympiques de Londres.
Tous droits réservés

En bref

Pays :
  • France
Date projet :
Partenaires :
ANCV, EDF, Fondation Française des Jeux
Nombre de personnes aidées :
140 jeunes

Développer l’accès aux grands événements sportifs

Permettre à tous d’avoir accès à des grands événements sportifs est un des engagements du Secours populaire français. Déjà en 2008, 18 jeunes Français du Nord-Pas-de-Calais avaient assisté aux Jeux Olympiques de Pékin et avaient mené, en parallèle, une action de solidarité dans le Gansu. En 2012, des partenariats avec la Fondation Française des Jeux et EDF ont permis de proposer à 140 jeunes de participer aux Jeux Olympiques de Londres.

140 jeunes aux Jeux Olympiques de Londres

Ils en rêvaient... Et maintenant, ils pourront dire : Les Jeux Olympiques de Londres, j'y suis allé !
140 jeunes se sont rendus en juillet-août 2012 à Londres pour assister à des épreuves olympiques de badminton, football ou de basketball et rencontrer des champions olympiques.

Du 30 juillet au 3 août : un séjour sportif et culturel entre Londres et Paris

Pour quarante d’entre eux, venus de toute la France, cela faisait partie d’un séjour sportif et culturel entre Londres et Paris pour appréhender le dépassement de soi à travers la pratique du sport. Le temps fort du séjour : une journée à Londres pour assister aux épreuves de basketball et rencontrer Denis Gargaud, Champion du monde de canoë-kayak. Un projet rendu possible grâce au soutien d’EDF. Les jeunes étaient fiers d’être présents à un tel événement et ont vite été pris dans l’ambiance qui règne dans le parc olympique. Certains ont sympathisé avec les supporters jamaïcains. D’autres ont préféré se faire prendre en photos avec les policiers britanniques. Et ceci avant d’être placés aux premiers rangs du stade pour assister aux matchs de basketball. Le séjour s’est poursuivi à Paris. L’occasion de visiter la capitale, de découvrir le Louvre, la Villette, mais aussi de s’initier au canoë et à l’aviron sur le canal de l’Ourcq.

31 juillet et 4 août : cent jeunes et enfants invités aux Jeux Olympiques par la Fondation FDJ

La Fondation FDJ a permis à cinquante jeunes du Nord d’assister à une épreuve de badminton le 31 juillet à Wembley. Ils se sont ensuite rendus dans le cœur de Londres pour visiter le Club France, le lieu de rencontre et de convivialité de l’ensemble du monde sportif français impliqué sur les Jeux Olympiques. Ils ont alors croisé des athlètes tels que Teddy Riner. Ils ont également assisté à l'émission spéciale de France 2 sur les Jeux olympiques. Le 4 août, ce sont 50 autres jeunes et enfants qui sont allés assister au quart de final de l’épreuve de football.

Localisation

Témoignage

Le sport, c’est tout pour moi. Je fais du sport tous les jours. J’ai toujours regardé les JO à la télé et ils m’ont toujours paru inaccessibles. Le fait de pouvoir assister à une épreuve est très motivant pour moi.

Medhi, 21 ans, adjoint d’animation, Toulouse

Je pratique le basket depuis 8 ans au Rumilly Basket Club, le club de ma ville. Assister aux Jeux Olympiques a toujours été un rêve pour moi. Je pense que n’importe quel sportif a ce même rêve d’assister, au moins une fois dans sa vie, aux JO.

Caroline, étudiante, Rumilly

Le sport me permet de m’évader et d’oublier les soucis du quotidien, de prendre du plaisir, d’échanger des moments sympathiques. Participer à ce séjour est une chance inouïe et une magnifique expérience.

Maxime, 21 ans, étudiant en STAPS, Annecy

Je n’ai pas beaucoup voyagé. C’est une occasion formidable pour moi de visiter Paris. Je n’aurais jamais pensé pouvoir aller à Londres à 18 ans, et encore moins pour voir une épreuve des JO. J’ai envie de tout découvrir. J’ai du mal à me projeter dans l’avenir et toutes les expériences que je peux faire m’aide à me trouver.

M., 18 ans, Villeurbanne

Mots-clés