Petit aperçu du village Copain du Monde 2019 [Archivé]

Au village Copain du Monde organisé par le Secours populaire de la région SUD-PACA, 50 enfants de Nice, Marseille, Ste Tulle, Digne-les-Bains, Toulon, Avignon, Gap et de Palestine se sont réunis pour se rencontrer, célébrer la solidarité et construire ensemble le réseau des enfants solidaires du Monde… 

  • Mis à jour le :
Les enfants Copains du Monde dans les rues de Nice

C’est sur les hauteurs de Nice, au CLAJ de ClairVallon que s’est tenu le Village Copain du Monde 2019.

Du 19 au 24 août, enfants et adolescents avec l’équipe bénévole d’accompagnants, ont alterné des jeux, des ateliers Copain du Monde, la baignade à la piscine, la collecte pour l’école de Madagascar…

Dès les premières heures du lundi, le décor était planté : les petits niçois préparaient l’arrivée des enfants de toute la région et de Palestine : d’un côté, l’atelier peinture « Banderole des Copains du Monde » et de l’autre, Katyan, déléguée Copine du Monde installait son animation « Arbre à rêves »…

Ce séjour a commencé bien avant ce jour. Les enfants l’ont espéré, attendu, ils voulaient en être, pourquoi ?

Ils aiment se sentir considérés, ils apprécient que les adultes suscitent et accordent de l’importance à leur parole, ils pensent qu’ils peuvent faire de ‘grandes choses’ au Secours populaire, des actions qui dépassent leur propre vie, leur propre enfance, en agissant pour d’autres, qui plus est, à l’autre bout du monde, ils se sentent utiles, mieux ils se sentent appartenir à un groupe qui ressemble à leurs rêves.

Dans l’arbre à rêves, une enfant nous livre qu’elle rêve qu’il n’y ait plus de pauvres, ni de fous…

Puis, d’autres, nombreux, à rêver d’être, footballers…

Dans les deux cas, nous mesurons le travail qui est devant Copain du Monde : oui, il s’agit bien d’avoir l’ambition de créer une nouvelle civilisation, où chaque enfant sera respecté, ses droits essentiels, ceux qui relient à la vie, ainsi l’enfant pourrait se concentrer sur son devoir de solidarité.

Depuis plusieurs années, nous nous questionnons comment ne pas ‘perdre’ les enfants Copain du monde devenus ados.

Surtout pour ne pas qu’ils se perdent. Nous savons combien les risques sont grands à cette période et dans ce monde violent dont ils sont les premiers, à la fois victimes et bourreaux.

Alors nous avons travaillé à faire monter le sens de la responsabilité en fonction de leur maturité et réciproquement, ainsi cette année, chaque animateur a son co-animateur, et comme la solidarité, la responsabilité sont infinies, chaque co-animateur a son référent enfant.

Chaque jour, les référents enfants se réunissent pour faire le point, exprimer des demandes, et tous les soirs ils feront le retour à leurs copains-copines !

Les ateliers Copain du Monde…

« On va faire Copain du Monde en rentrant chez nous à Toulon !»

Chaque jour, les enfants ont débattu, confronté leurs idées pour construire le mouvement…

Oui, les enfants sont d’accord pour que tous les enfants soient Copains du monde, ils vont en parler autour d’eux, c’est promis…

Pour cela nous devons les aider à formuler, à s’exprimer, à faire passer un message, à se faire comprendre, car au fil des heures, nous nous rendons bien compte que ce n’est pas facile pour tout le monde, parfois la communication n’est pas des plus fluide…

Alors oui, il nous faut beaucoup d’écoute, de patience, ne pas hésiter à répéter, et ne pas lâcher, ne pas renoncer…

Car, qui à part un enfant aurait pu nous répondre à la question : ‘As-tu une idée d’action pour construire la paix ?: construire un parlement international Copain du monde…

Et là, avec cette proposition, nous nous devons de les aider à réaliser leur projet. Nous avons du travail, un véritable chantier !

Nous avons fait émerger également qu’il y a un d’état d’esprit Copain du monde au-delà de l’action même de solidarité : ils ont énoncé l’engagement et l’ouverture d’esprit.

Les grands jeux et la piscine…

« C’était trop bien le Village Copain du Monde »

Le foot, les batailles d’eau, les concours de plongeons, et des olympiades sympathiques organisées et animées par les enfants : un programme chargé où l’on éclate de rire, on court, on saute, on s’encourage, on joue, on se fait des copains, des copines !!

Et avec Madagascar : une collecte et un échange de lettres d’amitiés avec les enfants de l’école de Béravina…

Le mercredi, c’est le jour de la collecte ! On prend le bus pour le centre-ville niçois… Une équipe d’enfants est déjà sur place avec le matériel : boîtes à dons, flyers, petits objets à vendre, des tableaux réalisés par une jeune bénévole et des mosaïques faites par les enfants du 04… Les petits groupes de 7-8 enfants se dispersent dans la ville et vont à la rencontre des habitants et des touristes ! Ce n’est pas toujours facile d’aborder les personnes dans la rue… mais les enfants ne se laissent pas décourager !! Il y a même des personnes qui en plus du don, leur ont offert un jus ou une glace !! La journée a été fructueuse : les enfants ont appris que lorsqu’on s’organise tout devient possible et la collecte a été belle pour les amis de Madagascar (700€)…

Bien avant cette journée, les enfants avaient chacun.e rédigé une lettre à l’attention d’un enfant de l’école de Béravina à Madagascar. Les lettres ont été scannées et envoyées par mail à notre partenaire et le vendredi, dernier soir au village chaque enfant est reparti avec sa lettre personnalisée… Un beau moment plein d’émotion qui a encore plus concrétisé leur action de collecte du mercredi, les enfants étaient fiers et heureux !!

En images

Mots-clés