Sécurité alimentaire

D’importants programmes sont mis en place pour répondre au besoin vital de la nutrition : développement d’une agriculture respectueuse de l’environnement et de petites coopératives agricoles, éducation à la nutrition…

Une personne sur neuf, victime de la faim

Si, d’après l’ONU, la faim chronique est en recul, elle affecte toujours 795 millions de personnes dans le monde. On entend par "faim chronique" le manque de nourriture suffisante pour mener une vie saine et active. La grande majorité des personnes souffrant de la faim vivent dans des pays en développement, où 12,9% de la population est sous-alimentée. L'Asie comprend deux tiers des personnes sous-alimentées dans le monde. En Afrique subsaharienne,une personne sur quatre est sous-alimentée. La malnutrition provoque la mort de 3,1 millions d'enfants de moins de 5 ans chaque année.

Garantir la sécurité alimentaire des familles

Conscient de cet enjeu majeur, le Secours populaire soutient de nombreux programmes visant à garantir la sécurité alimentaire des familles. Le Secours populaire et ses partenaires locaux encouragent le développement d’agricultures maraîchères respectueuses de l’environnement au Mali, au Rwanda, au Salvador, au Nicaragua… Les populations acquièrent des compétences techniques par le biais de formations, s’organisent ensemble via de petites coopératives… Leur production maraîchère et l’élevage de petits animaux leur permettent d’assurer leur autosuffisance alimentaire. Les surplus sont vendus, ce qui leur permet d’avoir un petit revenu. Le Secours populaire  mène aussi des actions de santé nutritionnelle auprès des enfants les plus fragiles, comme au Bénin et au Salvador. Il intervient également dans l’urgence pour répondre aux crises alimentaires.

Appui à l’autonomisation des femmes des Adwabas du sud mauritanien

  • Mis à jour le :

En Mauritanie, les communautés haratines du sud du pays sont délaissées par la communauté nationale et internationale. Village constitué d’anciens esclaves, l’adwaba d’Aganatta est confrontée à des crises récurrentes, liées en particulier à la sécheresse, la désertification et la pauvreté. Les conditions de vie sont particulièrement dures pour les populations qui subissent des périodes de disette de cinq à six mois. Les femmes et les enfants constituent en général les couches les plus vulnérables de cette population. La plupart des activités qui génèrent des revenus restent à l’état de léthargie. Le maraîchage et l’élevage constituent une source de revenus pour les femmes, et un moyen de lutter contre la malnutrition.